Le Petit Braquet
  Visiteurs :     visiteurs  /  / /
- Editos 2014-2015
 
accueil Retour page d'accueil
 

Edito              Commenter le document "Réagissez au dernier article de cet édito ..."

Edito n° 068  - m a j 03-mars 2016

Encore un accident  dramatique

Romain GuyotRomain Guyot a perdu la vie ce jeudi midi, au retour d'un entraînement. Agé de 23 ans le coureur de Vendée U, qui fut stagiaire dans le team Europcar en fin de saison dernière était un des meilleurs amateurs français.

Originaire d'Angers, il avait rejoint l'équipe cycliste vendéenne en 2011, il en était devenu l'un des capitaines de route emblématique. Cet excellent grimpeur, apprécié pour sa sympathie et son empathie, abordait une saison cruciale pour la suite de sa carrière. Double vainqueur de Nantes-Segré, victorieux de la SportBreizh, Romain Guyot était tout proche du monde professionnel. Selon le journal Ouest France c'est au retour d'un entraînement qu'il a été percuté par un camion.

Selon le journal du pays Yonnais, l'accident s'est produit sur la commune de la Roche sur Yon, au carrefour à feux où se croisent les boulevards Arago et Roger-Salengro (route des Sables). Un camion a percuté Romain Guyot. Ce dernier est décédé des suites de ses blessures en dépit de l’action des secours. Sur les lieux, les pompiers avaient dépêché deux ambulances et un véhicule de désincarcération. Le Smur est également intervenu.
Les circonstances exactes de l’accident restent à déterminer. La police a ouvert une enquête. Ce que l’on sait, c’est que le camion et le cycliste circulaient dans le même sens de circulation. Le camion était arrêté au feu. Reste à savoir si le cycliste s’est faufilé le long de la file de véhicules et ce qui s’est réellement passé au moment où le feu est passé au vert.
(source :  http://www.lejournaldupaysyonnais.fr/ )

De nombreux coureurs cyclistes professionnels et amateurs ont réagi à ce nouveau drame. Au delà de la douleur et des messages de soutien aux proches de Romain Guyot, tous affirment que la sécurité des cyclistes à l’entraînement est de plus en plus critique dans notre pays et qu'il est nécessaire que les pouvoirs publics se saisissent rapidement du problème. Comme l'écrit fort justement Warren Barguil dans un tweet en hommage à Romain Guyot.

« Les conducteurs n'ont pas conscience que leurs voitures est une arme... »

Ce jeudi 3 mars restera pour longtemps un jeudi noir pour les cyclistes de notre pays. A la disparition de Romain Guyot, il faut ajouter le décès tout aussi tragique d'un cycliste anonyme écrasé par un camion dans  les rues de Bègles.

« Un cycliste de 54 ans a trouvé la mort ce jeudi matin dans un accident avec un poids lourd survenu vers 9 h 30. Camion et cycliste étaient arrêtés au feu tricolore, alors rouge, avenue Jean-Jacques-Bosc, à l'angle avec la rue Hippolyte-Tandonnet. Lorsque le feu est passé au vert, les deux ont démarré et le cycliste a été coincé par le poids lourd, malgré les cris d'une commerçante témoin de la scène qui a tenté d'alerter le chauffeur. Le cycliste a été tué sur le coup. » (source http://www.sudouest.fr/ ) 

Alors combien de drame, combien de morts faudra-t-il encore pour que l’État réagisse enfin et que la réglementation daigne  faire une vraie place aux cyclistes sur nos routes françaises. Comme les automobilistes, nous avons le droit de circuler en toute sécurité.

Partageons vraiment la route et surtout arrêtons ce massacre !!!


Edito n° 067  - m a j 07-sept 2015

Paris – Avignon En vélocipède (en images)

Paris Avignon

Deux participants prêts pour la fin de l'étape

Paris - Avignon

Une superbe machine équipée pour le voyage
Beaucoup de charme mais 40 kilos sur la balance...

 

Keyzo Kobayashi en compagnie de cyclotouristes locaux,

Photo prise lors du pique nique d'Eyzin Pinet (Alain Rivolla)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26ème conférence internationale de l'histoire du cycle

du 24 au 27 août s'est déroulée la 26ème conférence internationale de l'histoire du cycle à Entraigues sur la Sorgue.

Organisée sous l'égide de la Fédération Française de Cyclotourisme la conférence a été préparée au niveau local par la ville d'Entraigues, Raymond Henry (auteur du livre« Paul de Vivie, dit Vélocio : L'évolution du cycle et le cyclotourisme ») et les bénévoles de l'ASPTT Avignon qui ont largement contribué à son succès.

La conférence aura au total réuni une centaine  de passionnés venus du monde entier :

  • Belge, Néerlandais, Britannique, Américains, Canadiens, Australiens, Tchèques, Italiens, Japonnais, Sud Africains, Allemands et Français.

conférence internationale de l'histoire du cycle

Les participants au voyage Paris-Avignon accueillis par les organisateurs lors de la séance d'ouverture de la 26ème conférence internationale de l'histoire du cycle

Axée cette année sur le 150ème anniversaire du premier voyage à vélocipède, la conférence fut l'occasion d'échanges passionnés et passionnants sur cette formidable invention qui n'en finit pas de nous émerveiller.

 

David Herlihy  journaliste auteur du livre « le cycliste perdu »animait la séance du jeudi matin

 

Alphonse Thomas

 

 

 

 

 

 

 

Une affiche présentée lors de la conférence

 

 

 

 

 

 

 

Raymond Henry, le maître d’œuvre de la Conférence, à coté d'une magnifique publicité pour les bicyclettes Liberator..


Edito n° 066

Une campagne pour sensibiliser à la sécurité des cyclistes

À l’occasion des championnats de France de cyclisme sur route à Chantonnay (Vendée) qui débutent le 25 juin, le monde du vélo attire l’attention sur la sécurité des deux-roues.

Une campagne de sensibilisation va être lancée et se poursuivra pendant le Tour de France avec la diffusion d’une série de clips vidéo.

En mars 2013, sur les routes de Montauban (Tarn-et-Garonne), l’ancien coureur cycliste Laurent Jalabert effectue une sortie à vélo. Sur son parcours, le champion du monde du contre-la-montre en 1997, désormais commentateur du Tour de France sur France Télévisions, est percuté par une voiture. Sous la violence du choc, il perd brièvement connaissance avant de retrouver ses esprits à l’arrivée des secours. Protégé par son casque, il s’en sort avec plusieurs fractures et doit attendre plusieurs mois avant de remarcher normalement.

150 cyclistes meurent chaque année

Laurent Jalabert a expérimenté dans sa chair un danger qui concerne tous les cyclistes – amateurs ou professionnels – sur les routes. D’après les chiffres de la sécurité routière, 150 cyclistes meurent chaque année et 5 000 sont gravement blessés dans des accidents de la route. S’ils peuvent eux aussi ne pas respecter le code de la route à la lettre, ils sont beaucoup plus vulnérables. Ils représentent 5 % des morts sur les routes et 15 % des blessés graves.

« Depuis de nombreuses années, les pays du nord de l’Europe, où le vélo est roi et prioritaire, se sont préoccupés de ce problème, assure Pascal Chanteur, ancien cycliste et président du syndicat des coureurs professionnels français (UNCP), lui-même déjà victime d’un accident qui l’a immobilisé pendant quatre mois. En France, il y a des morts chaque semaine car certains pensent encore que la voie publique leur appartient et qu’un vélo n’a rien à y faire. Ils ne se gênent pas pour nous le rappeler lorsqu’ils nous doublent. »

Les cyclistes professionnels, particulièrement exposés et conscients de cette problématique, ont décidé de se mobiliser. Ils ont demandé à l’UNCP, de prendre le dossier à bras-le-corps. Lors des derniers championnats de France, le peloton avait observé une minute de silence en hommage aux victimes. Une initiative qui avait interpellé les pouvoirs publics.

Cette année, la compétition nationale à Chantonnay, en Vendée, est l’occasion de lancer une campagne de sensibilisation sur la sécurité des cyclistes.
un rappel au bon sens

Une série de clips vidéo, écrite par Marc Fayet, Molière de la comédie pour la pièce Des gens intelligents, sera présentée et diffusée pendant les championnats de France et durant le prochain Tour de France. Elle vise à démontrer l’indispensable cohabitation des usagers de la route et illustre la devise : « Sur la route ce n’est pas un contre un, c’est toujours un plus un. »

Cette initiative de l’UNCP a notamment reçu le soutien du ministère des sports, de la Fédération française de cyclisme et d’Amaury Sport Organisation, organisateur de nombreuses courses cyclistes dont la « Grande Boucle ». Les coureurs pourront aussi utiliser leur notoriété pour diffuser cette campagne auprès de leurs fans.

Pascal Chanteur espère que cette sensibilisation permettra de rappeler au bon sens les conducteurs de véhicule afin qu’ils partagent mieux la route. D’autant qu’avec le développement des systèmes de vélo en libre-service notamment, les Français sont de plus en plus nombreux à pédaler.

Source : La Croix (http://www.la-croix.com)


Edito n° 065 - m a j 10-juin 2015

Cette année, nous fêtons le 150ème anniversaire de la première randonnée mondiale à vélocipède effectuée par les frères Olivier et Georges de la Bouglise de Paris à Avignon (voir le coup de chapeau que nous avons consacré aux frères Olivier). Passé totalement inaperçu à l'époque, ce voyage passant par Lyon et Tullins, près de Voiron en Isère fait partie de la protohistoire de la bicyclette. Les documents originaux sont rares mais les historiens du cyclisme tels Keizo Kobayashi, David Herlihy, Francis Robin, Bernard Gougaud ont ces dernières années, oeuvrés pour mettre en lumière l'importance évidente de ce voyage. 
A l'occasion de ce 150ème anniversaire, à la fin du mois d'août, quelques courageux vont effectuer les 750 kilomètres du parcours à vélocipède. Cette randonnée est accessible à ceux qui le souhaitent. Pour cela il suffit de prendre contact avec l'Association histoire du cycle, 28 impasse du chais, cedex 169-2, 41300 La Ferté-Imbault ou par mail : alain.cuvier@orange.fr.
Enfin la 26ème Conférence Internationale de l'histoire du cycle fera escale en France à Entraigues sur la Sorgue, près d'Avignon du 24 au 27 août. Organisée sous l'égide de la Fédération Française de Cyclotourisme et en collaboration avec la ville Entraigues sur la Sorgue, elle réunira les plus grands spécialistes mondiaux de l'histoire de la petite reine et présente un programme d'une grande richesse (voir programme en pièce-jointe). Ouverte à tous, elle permettra également de découvrir le musée du cycle de Domazan et la maison de Paul de Vivie alias Vélocio.

Pour ceux qui s'intéressent aux origines de la bicyclette, c'est une occasion à ne pas manquer...

- Téléchargez le programme - a lire ici


Edito n° 064 - m a j 11-mars 2015

A quelques jours d’intervalle durant le mois de mars 2015, deux documents qui traitent du dopage dans le sport et plus particulièrement dans le cyclisme ont affichés deux positions à priori totalement contradictoires.

Pour le Mouvement Pour un Cyclisme Crédible qui s’appuie sur les cas avérés de dopage, la situation s’améliore et le cyclisme est loin, contrairement à l’imagerie populaire, d’être le sport le plus touché par le fléau. A contrario, le rapport de la Commission Indépendante de Réforme du Cyclisme (CIRC) mandatée par l’Union cycliste internationale (UCI) pour enquêter sur le dopage et les responsabilités de l'instance laisse entendre que le dopage est toujours bien présent dans le milieu professionnel.

Selon les journaux l’Equipe et le Monde qui ont décortiqué ce rapport long de 220 pages en anglais la Commission Indépendante de Réforme du Cyclisme résume ainsi l'état des connaissances :

« Aujourd'hui, la situation dans le cyclisme continue probablement d'évoluer et sans doute s'est-elle opacifiée depuis que les coureurs ont été contraints de se doper ''en cachette''. Une réponse souvent faite à la Commission, sur la question des équipes, était que probablement trois ou quatre étaient propres, trois ou quatre se dopaient, et le reste, ''je ne sais pas''. »

L'Italien Michele Ferrari, exclu à vie depuis 2012 et l'enquête de l'Agence antidopage américaine sur les équipes de Lance Armstrong, et l'Espagnol Eufemiano Fuentes, interdit de pratiquer la médecine sportive jusqu'en 2017 en raison de son rôle central dans l'affaire Puerto, continueraient de conseiller des cyclistes.

« Des personnes interrogées ont noté des pertes de poids spectaculaires chez certains coureurs, qui ne pouvaient s'expliquer que par la prise de produits dopants », peut-on lire dans le rapport, qui mentionne aussi une augmentation des tendances anorexiques dans le peloton.

Là encore, cette mode n'est pas nouvelle et sa dénonciation, notamment par certains médecins français, non plus. Depuis plusieurs années, ils alertent sur l'abus de corticoïdes, très utiles dans cette course à la maigreur, autorisés hors compétition et à peine interdits en compétition : il suffit de présenter une AUT (Autorisation d'usage thérapeutique). Selon la CIRC, il s'en est distribué au moins 550 dans le peloton entre 2008 et 2014. Certaines équipes en abusent clairement, surtout pour ces fameux corticoïdes, s'est-elle entendue dire. Aux yeux d'un coureur, 90 % des AUT visent à améliorer la performance et non à soigner.

Certes, l’objectif premier de la commission n’était pas de faire état du cyclisme en 2014/2015 mais d’analyser le passé et de fournir des préconisations  pour améliorer l’avenir et sur la situation actuelle elle s’est contenté des témoignages des 174 témoins audités (dirigeants, coureurs et anciens coureurs, médecins, membres de l’UCI…) mais la concordance de nombreux propos laissent peu de doute sur le fonctionnement du milieu professionnel.

Pourtant le Mouvement Pour un Cyclisme Crédible lors de la publication des chiffres du dopage au 15 mars 2015, pouvait à la vue des cas avérés affiché la mine réjouie de quelqu’un qui est satisfait de son travail :

Comme en 2014, MPCC recense les cas de dopage révélés sport par sport, pour mieux situer la place du cyclisme par rapport aux autres disciplines. Après deux mois et demi, quatre sports comptent déjà plus de contrôles positifs que le vélo.
Recenser les cas de dopage n’est pas une tâche facile et se fait sous réserve des cas tenus à discrétion par leurs fédérations internationales respectives : certaines ne font pas la publicité des cas de dopage avérés dans leur discipline. Le cyclisme, a contrario, dévoile chaque test positif. Nos chiffres se basent donc sur les cas révélés en 2015, selon les communications officielles des fédérations et des agences antidopage, etc.

En 2014, l’athlétisme avait été le sport le plus touché avec 95 contrôles positifs, devant le baseball avec 62 cas. Au 15 mars 2015, ces deux sports mènent à nouveau la danse avec déjà 11 tests positifs pour le baseball et 10 pour l’athlétisme. Le cyclisme, 4e sport le plus marqué par des cas positifs révélés l’an dernier, pointe après deux mois et demi derrière le baseball, l’athlétisme, le football et le rugby, et est à égalité avec le golf et la boxe.

La comptabilisation de MPCC regroupe :

- le cyclisme sur route : deux cas recensé pour cette discipline la plus médiatique
- la piste : zéro cas
- le VTT : zéro cas 

A chaque fois qu’un cas a concerné une équipe membre de MPCC, le règlement a été respecté à la lettre : suspension et licenciement.

Alors, qui croire, que penser de tout cela ? A bien y réfléchir, n’est ce pas finalement la même situation prise sous deux angles différents et au bout du compte, une réalité de mieux en mieux camouflée mais toujours aussi sinistre et désespérante…

LPB  avril 2015

En savoir plus : www.mpcc.fr/

L’UCI annonce de nouvelles mesures antidopage suite au rapport et aux recommandations de la CIRC Voir ici


Edito n° 063 - m a j 11-mars 2015

Crash en Argentine, accident en tout genre ... il n'y aura donc jamais de fin !!!

Nous restons tous stupéfaits par ce tragique accident qui nous prive de nos plus belles icones du sport français.

La navigatrice Florence Arthaud, la championne olympique de natation Camille Muffat et le champion de boxe Alexis Vastine, font partie des victimes de ce crash d'hélicoptère.

Le monde du sport est sonné, tout comme auraient pu l'être les prochains adversaires sur le ring d'Alexis Vastine, mais aujourd'hui il n'y aura pas de 2ème round.

Avec une immense tristesse, nous aurons également une pensée pour ces sept autres victimes de l'accident.

Une pensée aussi, pour notre Jeannie Longo reine des championnes nationales qui connait certainement de grands moments d'émotions, de désarroi et de troubles, elle qui aurait pu faire partie des victimes.

La vie nous rappelle chaque jour, combien l'homme reste fragile et précaire. Ce cruel accident est l’injustice même, il nous rappelle notre vulnérabilité d’être humain et bouleverse nos principes les plus fondamentaux.

Un autre fait divers, tout aussi tragique lui aussi, nous apprend la disparition de Patrick Gaudy, âgé de 38 ans, fauché par un camion, ce mardi matin vers 8h30. Ce grand sportif trentenaire est décédé sur les lieux de l'accident.

"Il s'agit d'un malheureux concours de circonstances lié à un angle mort du camion et à l'accès à la piste cyclable", commente le chef de la zone de police Orne-Thyle.

Patrick Gaudy, membre de l'équipe continentale Veranclassic-Ekoï, était un des rares coureurs wallons engagés en cyclo-cross. Vice-champion de Belgique chez les élites sans contrat en 2014, il avait décroché en janvier dernier la médaille de bronze du championnat de Belgique des élites sans contrat à Erpe-Mere.

Patrick Gaudy, était en effet l'amateur qui rivalisait avec les pros lors des cyclo-cross, lui qui bossait de la journée et n'hésitait pas à se lever très tôt pour aller s'entraîner.

En juillet 2012, Patrick Gaudy avait été victime d'un très grave accident de la circulation sur le ring de Bruxelles. Plusieurs vertèbres avaient été gravement touchées. Après plusieurs mois de rééducation et un long combat, il était revenu à un très bon niveau en remportant la médaille de bronze aux Championnats de Belgique pour élites sans contrat au début de cette année 2015.

Ancien nageur, Patrick Gaudy a débuté les compétitions en VTT à l'âge de 15 ans. Après avoir fait le tour de la discipline, Championnats du Monde, d'Europe, Benelux, Nationaux, Coupe du monde, équipe nationale, il avait décidé de se lancer dans le cyclo-cross.

"J'adore cette discipline méga exigeante, qui demande énormément de travail intensif et de technique sur le vélo. Je suis un compétiteur né! J'ai besoin de me mettre des objectifs et je mets tout en route pour y parvenir. Cet aspect de la compétition me plaît énormément. J'ai l'impression d'être dans mes meilleures années au niveau de mes performances et c'est super bon pour la motivation...". peut-on lire sur son site internet.

Patrick Gaudy venait d'avoir 38 ans lundi.

Patrick va manquer au milieu de la petite reine. Nous présentons à sa famille nos plus sincères condoléances.


Edito n° 062 - m a j 23-déc 2014

Ils nous ont quittés en 2014 - 1ère PARTIE

Cette année encore, la disparition de nombreux cyclistes plus ou moins connus nous ont quittés.
Beaucoup n'étaient pas des "stars ou des légendes" de la route, mais tous auront laissé leur nom sur un palmarès, un exploit.
Ils ont été près d'une cinquantaine à tirer leur révérence, champions de France, d'Espagne, routier ou pistard, sprinteur ou grimpeur. Parmis eux, des sportifs très jeunes, victime de leur discipline.

Le Petit Braquet, leur rend un dernier hommage en cette fin d'année.

Jaime Huelamo

Jaime Huelamo Jaime Huelamo

est décédé le 31 janvier 2014 à Cuenca, des suites d’une grave maladie. Il avait 65 ans. Au cours de sa carrière, il avait remporté la médaille de bronze au cours de l’épreuve sur route des Jeux Olympiques de Munich en 1972, mais il en sera dépouillé par la suite pour cause de dopage.

Il fut professionnel de 1973 à 1975 au sein de l'équipe KAS. A son palmarès on note la 10ème étape du Tour de l’Avenir 1971, la 7ème étape de la Ruta del Sol 1974, la 5ème étape du Tour d’Andalousie 1974, la 3ème étape de la Vuelta a Los Puertos 1975 et la 3ème place du championnat d’Espagne sur route en 1975.

Charle Bazzano

Charlie Bazzano

Le pistard australien Charlie Bazzano est décédé le 9 janvier 2014. Fils d’émigrants italiens arrivés en Australie en 1926, Charlie Bazzano était né le 10 octobre 1923 à Morano Sul, près de Turin. Au cours de sa carrière qui fut essentiellement australienne, il a terminé 4ème de l’épreuve de sprint des Jeux Olympiques de 1948. Champion d’Australie du sprint amateur en 1947 et 1948, Il a également participé sous les couleurs australiennes aux Jeux du Commonwealth en 1950. 

Charlie Bazzano
Charlie Bazzano à gauche, John Tressider, Roy Moore and Lionel Cox finalistes du mile
par équipe province New South Wales, 2 février  1953 piste d’Hurstville

Guy Butteux

Guy Butteux Guy Butteux

Né le 9 novembre 1921, l'ancien coureur Guy Butteux est décédé le  2 janvier 2014, à l'âge de 93 ans en Nouvelle-Calédonie.

Professionnel de 1946 à 1955, Guy Butteux était originaire du Quimpérois et c’est en Bretagne qu’il forgea l’essentiel de son palmarès.

Bon sprinteur, il remporta notamment en 1947 le Circuit de l'Aulne devant Louison Bobet. Il gagna le Circuit du Trégor en 1951 et 1954 et termina également 2ème du Grand Prix de Plouay en 1949 et 1951.

AAudaire Armand

Armand AUDAIREAudaire Armand

Armand AUDAIRE est décédé le vendredi 20 décembre 2013, chez lui, à Saint-Sébastien-sur-Loire mais la nouvelle ne nous est parvenu qu’au début de l’année 2014.

Il était né le 28 septembre 1924. Professionnel de 1947 à 1959, il porta les couleurs de STELLA, GITANE, ARLIGUIE, ARROW et PEUGEOT. Il participa à 4 Tours de France  et il fut vainqueur de trois circuits de la vallée de la Loire en 1947, 1949 et 1956, de deux circuits de l'Aulne en 1948 et 1957. Vainqueur notamment du Grand Prix de Plouay 1949, de Paris Bourges 1950, des Boucles de la Seine 1953, du Tour de Normandie 1956, il s’imposa également dans un grand nombre de courses et de critérium Bretons.

Jeanné Nell

Jeanné Nell

Un accident tragique survenu en compétition de keirin a coûté la vie au pistard sud-africain Jeanné Nell, le 11 février 2014 sur la piste de Bellville au Cap. Le champion d'Afrique du Sud de keirin 2012 et 2013 et de  vitesse 2013 s'est tué dans un tournoi de sa discipline de prédilection.

Star de la piste sud-africaine, le coureur âgé de 30 ans avait représenté l’Afrique du Sud lors de la manche de Coupe du Monde sur piste de Manchester en 2013.

Kristof Goddaert

Kristof Goddaert

Le 18 février 2014, la Belgique a perdu de manière tragique et brutale, l'un de ses meilleurs coureurs en la personne de Kristof Goddaert.

Le coureur qui portait cette saison les couleurs d'IAM Cycling a trouvé la mort à l’entrainement. Victime d’une chute sur la Straatsburgdok à Anvers, il a été écrasé par un bus qui le suivait...

Vice-champion de Belgique derrière Tom Boonen en 2012, il était passé professionnel en 2008 et il avait porté les couleurs d'Ag2r La Mondiale entre 2010 et 2012. Né le 21 novembre 1986 à Saint-Nicolas, en Flandre-Orientale, Kristof Goddaert était un coureur polyvalent qui comptait à son palmarès plusieurs épreuves derrière derny mais également une étape du Tour des régions Wallonnes.

Kristof Goddaert

Youm Jung Hwan

Youm Jung Hwan Youm Jung Hwan

Le Coréen du sud, Youm Jung Hwan est décédé le 18 février 2014 à la suite d'une crise cardiaque survenue à l'entraînement dans la région de Séoul.

Né le 1er décembre 1985, le coureur membre de l'équipe KSPO avait remporté son championnat national du contre la montre en 2007 ainsi que les championnats continentaux d’Asie de la discipline en 2008.

Il avait également terminé 2ème du Tour de Corée du Sud en 2013 et 3ème en 2012.

Son équipe totalement sous le choc a décidé de ne pas participer au Tour de Langkawi 2014 qui s'élançait quelques jours plus tard. 

Yerlan Pernebekov

Yerlan Pernebekov

Yerlan Pernebekov, coureur kazakh de 19 ans membre de l’équipe Astana Continental, est mort d'un accident vasculaire cérébral, le 14 mars dernier.

Grand espoir du cyclisme kazakh, il avait notamment remporté le championnat d'Asie juniors en 2013. Alors qu'il était en camp d'entraînement avec plusieurs de ses coéquipiers, Yerlan Pernebekov s'est plaint, à l'heure du dîner, de maux de tête sévères.

Il a été immédiatement conduit à l'hôpital, mais les médecins ne purent le sauver. Ils ont expliqué qu' Yerlan Pernebekov avait été victime d'un éclatement de vaisseau sanguin qui a provoqué ensuite un accident vasculaire cérébral.

(source : http://100pour100-velo.com/)

Yerlan Pernebekov

Marek Galinski

Marek Galinski Marek Galinski

 

Marek Galinski est mort le 17 mars 2014 dans un accident de voiture.

Sa voiture a heurté un arbre dans la région de Jedrzejow, dans le sud de la Pologne. alors qu’il rentrait à son domicile.

Il avait participé à quatre Jeux Olympiques : en 1996 (29ème), 2000 (21ème), 2004 (14ème) et 2008 (13ème). Il avait pris la 2ème place de la manche de Coupe du Monde de Sankt-Wendel en 2001, derrière le Suisse Christoph Sausser. et il a été neuf fois champion de Pologne de cross country (2000 et 2004-2011). Marek Galinski était devenu entraîneur de l’équipe polonaise après avoir mis fin à sa carrière en 2012.

Il aurait eu 40 ans, le 1er août dernier. Il était marié et père de deux enfants.

Kay Werner NIELSEN

Kay Werner Nielsen

Le mardi 13 mars 2014, l’ancien pistard professionnel Kay Werner Nielsen est décédé à Copenhague. Il avait 92 ans. Kay Werner Nielsen fut la première star danoise des 6 jours.

C’est en 1951 à Copenhague justement qu’il remporta le premier des 14 courses de 6 jours qu’il gagna au cours d’une carrière qui dura jusqu’en 1961.

C’est lui qui créa le fameux “Team No. 7”, aux couleurs danoises. Son premier partenaire fut Evan Klamer, mais dès 1958, il fit équipe avec Palle Lykke, (décédé l’année dernière) avec qui il triompha dans 8 épreuves de 6 jours. Champion du Danemark de poursuite pendant 13 ans de 1948 à 1960, il ne réussit jamais à conquérir le titre mondial, montant à trois reprises sur les podiums mondiaux : 2ème en 1953, 3ème en 1951 et 1956.

Il tenta de battre le record de l’heure le 08 septembre 1956 au Vigorelli de Milan. Il échoua dans sa tentative mais avec 45,306 km dans l’heure, 7ème meilleure performance sur l'heure à l'époque, il battit le record du Danemark.

Kay Werner NIELSEN

Avec son équipier Palle Lykke Jensen (à droite)
http://feltet.dk/

Hors Holzmann

Horst Holzmann

Horst HOLZMANN, qui fut coureur professionnel de 1952 à 1960) est décédé le 26 février 2014 à Neu-Isenburg (Hessen) à l'âge de 83 ans.

Il était né le 27 avril 1930 dans cette même localité. En 1950, il remporta le Rund um Köln amateur ainsi que le titre de champion d’Allemagne de l’américaine.

Il fut encore champion d'Allemagne amateur sur route en 1951 mais la suite de sa carrière fut moins brillante. Il se spécialisa dans les courses de 6 jours et termina 2ème en 1956 et 3ème en 1959 du championnat d’Allemagne de l’américaine.

Renzo Zanazzi

Renzo ZANAZZIRenzo Zanazzi

Né le 5 avril 1924 à Gazzuolo, l'ancien champion Italien Renzo ZANAZZI est décédé le 28 janvier dernier à Milan.

Professionnel de 1946 à 1953, il compte à son palmarès 3 victoires d'étapes sur le Giro. Il porta même le maillot rose pendant quatre jours en 1947. Il fut également l'équipier de Gino Bartali en 1946 et 1947.

Cette même année, il remporta la course Zürich-Lausanne.

La suite de sa carrière fut moins brillante et il raccrocha son vélo à seulement 29 ans.

Hans Edmund Andresen

Hans Edmund Andresen Hans Edmund Andresen
 

Le coureur danois Hans Edmund Andresen est décédé, à l'âge de 86 ans, le 7 février 2014. Né à Vedbaek, le 3 Octobre 1927, Andresen fut le premier Danois à terminer le Tour de France en 1958.

Il était membre de l'équipe internationale aux cotés de trois autres Danois Frirz Ravn, Eluf Dalgaard et Kai Allan Olsen qui abandonnèrent la course. Hans Edmund Andresen se classera 62ème au classement général final.

Dans la 17ème étape, étape remportée par André Darrigade, il se classera à la 5ème place. Après cet exploit, il sera applaudi par 8.000 spectateurs sur le vélodrome d'Ordrup, près de Copenhague. Champion du Danemark amateur en 1950 et 1955, vainqueur du Tour de Suède en 51, d’une étape de la Course de la Paix en 1953, Andresen termina à la seconde place du Championnat du Monde sur route à Solingen en 1954.

En 1955, il remportait le Tour d'Egypte. Professionnel en octobre 1956, à l’âge de 31 ans, il fut également un bon coureur de 6 jours (3ème à Aarhus en 1960 avec Bendy Pedersen).

Emile Guérinel

Emile Guérinel

Né le 3 juin 1929 à Romagné, Emile Guérinel est décédé le 2 février dernier. Professionnel de 1952 à 1959, il a remporté à deux reprises le G.P de Plouay, en 1951 et l'année suivante, en gagnant face à 97 coureurs et devant Jean Bobet et François Mahé! Il remporta également le Grand Prix du Libre Poitou 1953 et deux étapes du Tour de la Manche 1955.

Emile Guérinel

Pierre-Henri Menthéour

Pierre-Henri MenthéourPierre-Henri Menthéour

L'ancien coureur Pierre-Henri Menthéour est décédé le 12 avril, à l'âge de 53 ans. Le Brestois, né à Alger le 9 mai 1960 luttait contre la maladie depuis plusieurs mois. Vainqueur d'une étape sur le Tour de France, ainsi que d’une étape et du classement général du Tour de l’Aude, en 1984, Pierre-Henri Menthéour n’a probablement pas un palmarès à la hauteur de son talent.

Au lendemain de sa disparition voici comment son frère Erwan voulait se souvenir de lui :

«Il était peut-être trop gentil. Ce n’était pas un féroce. Il n’en avait rien à foutre Pierre-Henri... Il était heureux d’être là, tout simplement. C’était un mec de bande... Il n’avait pas la férocité qui fait les grands champions. Il n’était pas près à tout... C’était un poète, un grand romantique. Quand il était inspiré sur le vélo, il était extraordinaire mais il était émotionnellement vulnérable…"

Pierre-Henri aimait beaucoup cette phrase de Camus: "La vie n’a pas de sens mais la dignité de l’homme, c’est de lui en donner un". Jusqu’au bout, dans la maladie, il a essayé de donner un sens à son combat…

Je me souviens qu’il me disait que les gens allaient parler de dopage "Ce sont des choses auxquelles on ne pourra jamais répondre. Si ma maladie était uniquement liée au dopage, ma génération devrait être morte toute entière."

Cela l’emmerdait que les gens associent tout... 

Source : /www.letelegramme.fr/cyclisme/erwann-mentheour-pierre-henri-mon-heros

A l’issue de sa carrière sportive professionnelle, Pierre Henri Menthéour a mené une carrière de cameraman puis de réalisateur notamment pour Eurosport. Il travailla en Afghanistan pour Envoyé spécial au mois de mars 2008. Il a remporté le prix Jean-Louis Calderon du Festival international du journalisme d'Angers, en 2009.

Pierre-Henri Mentheour

Nando Terruzzi

Nando Terruzzi

Ferdinando dit Nando Terruzzi, est décédé le 9 avril 2014 à Sartenao en Toscane. Né le 17 février 1924 à Sesto San Giovanni, dans la province de Milan, Nando Terruzzi fut, associé à Renato Perona, champion olympique de tandem en 1948, à Londres.

Professionnel de 1949 à 1965, il restera comme l’un des meilleurs spécialistes de 6 jours de son époque, remportant au total 23 des 121 épreuves auxquelles il participa. A cela il faut ajouter 32  places de 2ème et 19 places de 3ème.

Alessio Peccolo

Alessio Peccolo

Alessio Peccolo est décédé le lundi 21 avril 2014 à Villa di Cortignano. Il a été foudroyé par une crise cardiaque, alors qu'il assistait à l'arrivée du Giro del Belvedere, une classique italienne du calendrier amateur qu'il avait remporté en 1971.

Bon grimpeur émérite, il avait été professionnel durant deux saisons seulement, raccrochant le vélo à 27 ans. 3ème du Grand Prix du Canton d’Argovie en 1973 et 60ème du Giro 1974, il était né le 24 octobre 1947 à San Vendemiano.

Alessio Peccolo

Dominique Lecrocq

Dominique Lecrocq

Né le 7 juillet 1963 à Reims, Dominique Lecrocq est décédé le 27 avril dernier à Lille, à la suite d'un malaise cardiaque.

Professionnel de 1984 à 1987 Dominique Lecrocq avait été formé à l’école de la piste. Champion de France de la course aux points en 1985, Dominique Lecrocq a également remporté le prologue du Tour d’Armorique 1985 ainsi qu’une étape et le classement général de Paris-Bourges en 1986.

Dominique Lecrocq

Mariano Diaz

Mariano Diaz

Le coureur espagnol Mariano Diaz est décédé le 5 avril dernier à Madrid. Né le 17 septembre 1939.

Il fut professionnel de 1965 à 1971. Vainqueur du Tour de l'Avenir et de deux étapes en 1965, de la Semaine Catalane en 1968, du Tour de Catalogne et d’une étape du Tour de Suisse en 1969, Mariano Diaz était un spécialiste des courses par étapes.

Il a également remporté une étape de la Vuelta et le maillot du meilleur grimpeur en 1967 ainsi qu’une étape du Tour de France 1969.

Mariano Diaz

Eugène Letendre

Eugène Letendre

Né le 10 août 1931 à Louvigné-du-Désert (Ille-et-Vilaine) et mort le 24 avril 2014, Eugène Letendre fut professionnel de 1954 à 1963.

Equipier de Jacques Anquetil, mais aussi ami de Jean Robic et de Raymond Poulidor, Eugène Letendre avait participé deux fois au Tour de France dans les années 50, mais c’est dans les courses du grand ouest qu’il s’illustra le plus : 2ème du Tour du Calvados 1955 et 2ème du Tour de Normandie 1956.

Eugène Letendre

 


Deuxième partie mis en ligne le 15-janvier 2015

Alain Desaever

L'ancien coureur belge, Alain Desaever est décédé à Roulers à l'âge de 61 ans des suites d'une longue maladie le 6 juin 2014. Né le 3 octobre 1952, il fut l’équipier de Michel Pollentier qu’il épaula lors des Tours de France 1979 et 1980. Son palmarès compte 15 victoires, acquises uniquement lors de courses du calendrier Belge.


http://www.siteducyclisme.net

René Mertens

 

 

L'ancien coureur belge René Mertens, invité par les organisateurs du GP de l'Escaut à assister au départ de l'épreuve qu'il avait lui-même remportée en 1947, est décédé quelques minutes avant la course. Agé de 92 ans, il a été victime d'un accident vasculaire cérébral et n'a pu être réanimé. Il est décédé lors de son transfert vers l'hôpital. Le peloton a observé une minute de silence avant de s'élancer. Professionnel de 1945 à 1959, René Mertens a 51 victoires dont 29 critériums à son palmarès dont la Coupe Sels, le Circuit des Ardennes Flamandes, une étape d’A travers la Belgique et une étape du Tour de Belgique.

Jan Nolten

Jan Nolten

 

 

 

Né le 20 janvier 1930 à Sittard, Jan Nolten l’ancien coureur cycliste néerlandais est mort le 13 juillet 2014 à Sittard-Geleen. Professionnel de 1952 à 1959, il a remporté deux étapes du Tour de France en 1953 et 1954 et une étape du Giro en 1956. Trois fois dans le top 20 du Tour de France (14ème en 1954, 15ème en 1952 et 19ème en 1953), il est décédé d’une hémorragie cérébrale.

Thierry Barrault

Thierry Barrault

 

Thierry Barrault, qui a couru notamment sous les couleurs de La Redoute est décédé le mardi 15 Juillet 2014 des suites d'un AVC. Né le 3 juillet 1960 à Poitiers, Thierry Barrault fut professionnel de 1984 à 1986. Il ne connut pas la carrière que son talent précoce pouvait lui laisser espérer. Vice champion de France de demi-fond en 1985, il remporta de très nombreux succès à son retour chez les amateurs de 1986 à 1990 parmi lesquels on peut citer : Paris-Barentin, Circuit de Saône et Loire, Paris-Epernay, Essor Basque, étapes du Tour de Seine et Marne, Paris-Conneré, étape de la Mi-août Bretonne, Circuit Berrichon, étape du Tour de la Somme, Circuit Boussaquin.

 

 

 

 

http://www.sudgirondecyclisme.fr

 

Martin Van Geneugden

 

L’ancien cycliste Martin van Geneugden, âgé de 82 ans, nous a quittés le 6 juillet 2014. Né le 21 janvier 1932 à Zutendaal, Martin van Geneugden devint champion de Belgique amateur en 1950 alors qu’il venait tout juste d’avoir 18 ans. Il fut professionnel de 1953 à 1963 et il se distingua par ses qualités de sprinteur qui lui permit notamment de remporter six étapes sur le Tour de France, 1 en 1953, 2 en 1958, 2 en 1960 et 1 en 1961. Parmi ses 46 victoires acquises chez les pros, il faut également noter une étape du Dauphiné en 1954, le Tour du Limbourg 1960, quatre étapes du Tour d’Allemagne, une étape du Tour de Romandie ainsi que le classement général d’A travers les Flandres 1962

 

Martin Van Geneugden

Francisco Gabica

Francisco Gabica

 

 

Le coureur Francisco Gabikagogeaskoa Ibarra, plus connu sous le nom de Francisco Gabica, est mort le 7 juillet 2014 à Bilbao. Né le 31 décembre 1937 à Ispaster en Biscaye, il fut  professionnel de 1961 à 1972. Spécialiste des courses par étapes, il a remporté la Vuelta en 1966 et a décroché de très nombreuses places d’honneur dans les trois grands tours : Tour de France : 10ème en 1965 , 7ème en 1966 ; Vuelta 5ème en1962 et 1963, 9ème en 1965, 6ème en 1966, 13ème et meilleur grimpeur en 1968 ; Giro 8ème en 1967 et 1968. Il a également remporté une étape de la Vuelta, une étape du Giro, trois étapes du Tour de Catalogne et deux étapes du Dauphiné Libéré.

José Gómez Lucas

José Gómez Lucas

Le  coureur cycliste professionnel espagnol José Gómez Lucas, né le 9 janvier 1944 à Navalcarnero est mort dans cette même localité, le 14 juin 2014, à l'âge de 70 ans. Il eut une très belle carrière amateur : il remporta notamment une étape du Tour de l'Avenir 1966 et il prit deux fois la troisième place de cette épreuve en 1966 et 1967. En 1968 il participa aux jeux olympiques de Mexico et termina 16ème de l'épreuve sur route.
A partir de 1969 il court chez les professionnels jusqu'en 1975. Vainqueur de la Ruta del Sol en 1970, il s’imposa également dans la Klasika Primavera en 1972.

Noël Lajoie

 

Noël Lajoie

Noël Lajoie, grande figure du cyclisme auvergnat du début des années cinquante, est décédé le 25 août dernier, à l'âge de 86 ans. Nné le 13 décembre 1927 à Clermont, il fut professionnel de 1950 à 1954. Il a participé au Tour de France en 1950 et 1952. A son palmarès on note une victoire lors de la 2ème étape du Tour du Sud Est en 1953 et la 2ème place lors du Circuit du Cher en 1954.

Félix Adriano Félix Adriano

 

 

L'ancien coureur cycliste des années 40, Félix Adriano, est décédé le 28 mars dernier dans la ville de Quebec au Canada, à l'âge de 94 ans. D’origine italienne, il est né le 6 mars 1920 à Montforte d’Alba dans le Piémont, Félix Adriano avait obtenu la nationalité française le 7 octobre 1947. Il fut professionnel de 1944 à 1953. Sa carrière se résume hélas à l’année 1947 où il décrocha 5 succès retentissants. Engagé sur la Vuelta dans une équipe des italiens de France, il y remporte 4 étapes et il termine 8ème au Général. Il s’impose dans la foulée à l’issue d’un superbe mano à mano face à Raphael Géminiani dans le circuit Boussaquin. Ce sera sa dernière victoire. Les années suivantes seront décevantes et fin 1953, il décida de raccrocher et de partir s’installer au Canada manière de tourner encore plus définitivement la page…

Jean-Marie Joubert

Jean-Marie Joubert

 

 

 

 

Né le 9 mai 1932, Jean-Marie Joubert est décédé le 21 août dernier. Membre de l’équipe de France de poursuite qui termina à la 4ème place aux Jeux Olympiques d’Helsinki  Professionnel de 1955 à 1957, il remporta deux étapes du Tour d’Egypte en 1955 mais il ne confirma pas par la suite. Redescendu  chez les amateurs en 1958, il y retrouva l’envie et il écuma les courses 1ère catégories du centre de la France pendant une douzaine d’années.

Christian Lapébie

Christian Lapébie

 

Christian Lapébie, le dernier descendant d’une grande lignée de coureurs cyclistes est décédé subitement le 5 juin dernier à la Rochelle où il vivait depuis une quarantaine d’années. Né le 13 octobre 1937 à Paris, il avait dès 1955 suivi les traces de ses glorieux ainés, celles de Roger son père et de Guy son oncle en remportant le championnat de France Universitaire. Rouleur,  rapide au sprint, il possédait tous les atouts pour devenir un excellent professionnel mais le sort allait en décider autrement. Alors qu’il venait de signer son premier contrat professionnel chez Mercier en 1960, un accident stupide allait briser sa carrière. Le 15 aout 1960 en se rendant au départ du critérium de Castillon La Bataille, il était victime d’un accident de voiture. Sous le choc, la clef de contact de sa 403, lui pénétrait le genou et lui faisait exploser la rotule, mettant un terme à un avenir qui s’annonçait sous les meilleurs auspices. Il resta un temps dans le milieu cycliste en étant Directeur sportif notamment de l’équipe Jobo de 1965 à 1967.

 

Jacques-André Hochart

Jacques-André Hochart

Jacques-André Hochart a été retrouvé par sa fille mort à son domicile, près d'Annecy le 30 mai dernier. Né le 29 juillet 1948, Jacques-André Hochart se fit connaître du grand public en 1973 par son fameux duel avec son coéquipier Jean-Claude Blocher pour la place de lanterne rouge du Tour de France. Il fut professionnel durant trois ans de 1973 à 1975.

Vito Favero

Vito Favero

 

 

Vito Favero est décédé à son domicile de Sarmede près de Trévise, le 16 mai 2014. Professionnel de 1956 à 1962, il était né dans cette même localité le 21 octobre 1932. Il a surtout marqué le Tour de France 1958 où équipier de Gastone Nencini dans l'équipe d'Italie formée par Alfredo Binda, il fit mieux que son leader en prenant la 2ème place du classement général à 3'10" de Charly Gaul et en portant le maillot Jaune pendant 6 jours. A son palmarès, on trouve également deux victoires d'étapes sur le Giro 1957 et 1959, une étape du Tour de France 1959, deux étapes de Paris Nice 1959 ou encore une quatrième place au Championnat du Monde de Reims en 1958.

Annefleur Kalvenhaar

La Néerlandaise Anne Fleur Kalvenhaar, membre du Focus XC Team, est décédée à Grenoble le 23 août dernier, des suites de ses blessures. Elle avait fait une grave chute la veille lors des qualifications du cross-country Eliminator de la coupe du monde de Mountain Bike de Méribel. Soignée sur place d’un très grave traumatisme facial elle fut ensuite héliportée à l’unité des soins intensifs du CHU de Grenoble, mais malgré tous leurs efforts les médecins ne purent la sauver. Née le 10 juin 1994, Annefleur Kalvenhaar était une véritable spécialiste des sous bois, elle avait remporté en 2012, le championnat des Pays Bas de Mountain-Bike dans la catégorie junior et dès l’année suivante elle avait terminée 2ème du championnat des Pays Bas de Mountain-Bike chez les élites.

Annefleur Kalvenhaar

Commémorations Site Web: http://www.annefleurkalvenhaar.nl

Jean-Louis Gauthier

Jean-Louis Gauthier

 

 

 

 

 

 

 

Né le 22 décembre 1955 à Angoulême, l'ancien cycliste professionnel, Jean-Louis Gauthier, a été retrouvé mort le 11 juillet 2014 à côté de son vélo, entre Maine-de-Boixe et Saint-Amant-de-Boixe. Jean-Louis Gauthier est le seul Charentais à avoir endossé le maillot jaune sur le Tour de France une journée en 1983. Professionnel de 1978 à 1987, Jean-Louis Gauthier a remporté une étape du Tour de France ainsi qu’une étape du Midi Libre en 1980.

Luciano Borgognoni

Luciano Borgognoni

Luciano Borgognoni, est décédé le 2 août dernier, des suites d'une terrible maladie. Né le 12 octobre 1951 à Gallarate près de Varèse, il avait remporté le Championnat du Monde de poursuite par équipe en 1971 avec Pietro Algeri, Giacomo Bazzan et Giorgio Morbiato. Passé professionnel en 1973 il va jusqu’à la fin de sa carrière en 1982 se forger un très beau palmarès. Milan-Vignola, le Giro del Friuli, le Championnat d'Italie de poursuite en 1974 et 1976, deux étapes du Giro 1977…

 

Igor Decraene
Igor Decraene

Le champion du monde du contre la montre junior, est décédé le 30 août dernier. Selon le parquet de Gand, Igor Decraene a percuté un train à Zulte après avoir consommé beaucoup d'alcool. C'est ce qu'il ressort de l’enquête toxicologique menée pour éclaircir les circonstances de la mort du jeune coureur belge. Néanmoins, il n'est pas possible de déterminer si sa mort est due à un acte de désespoir ou à un accident. Né le 26 janvier 1996, Igor Decraene avait connu une saison 2013 faste. Outre le championnat du monde du contre la montre il avait remporté le titre national, le chrono des Herbiers et terminé second du championnat d’Europe du contre la montre. En 2014, il avait conservé son titre national et après des problèmes et une opération au genou, il était prêt pour défendre son titre à Ponferrada au début octobre.

 

Pino Cerami

Le coureur belge Pino Cerami, est décédé samedi à l'âge de 92 ans des suites d'une longue maladie. Né le 28 mars 1922 à Misterbianco en Italie, Guiseppe dit Pino Cerami fut naturalisé Belge le 16 mars 1956. Coureur d’une exceptionnelle longévité, il fut professionnel de 1947 à 1963, Pino Cerami s’est forgé au fil du temps un magnifique palmarès. Vainqueur de Paris-Roubaix 1960, de la Flèche Wallonne 1960, de deux étapes du Tour de Belgique 1951, du Tour de Belgique 1957, de Paris-Bruxelles 1961, il termina également à la troisième place du Championnat du Monde 1960. En remportant la 9ème étape du Tour de France 1963, il était alors devenu le vainqueur d'étape du Tour de France le plus âgé de l'après-guerre (41 ans et trois mois). Depuis 1964, un Grand Prix Pino Cerami est organisé tous les ans en Belgique.

Pino Cerami

Marcel Dussault

Marcel Dussault

 

 

 

 

L’ancien maillot jaune du Tour de France 1949, Marcel Dussault est décédé le 19 septembre dernier à Châteauroux, à l'âge de 88 ans. Né le 14 mai 1926, Marcel Dussault avait été professionnel de 1947 à 1959. A ses débuts chez les  pros, son visage d’adolescent l’avait fait surnommé « le môme »Dans son palmarès fort d’une vingtaine de victoires, il faut noter Paris Bourges et la 1ère étape du Tour en 1949, la 10ème étape du Tour 1950, la 3ème étape du Tour du Sud Est 1953, la 4ème étape du Tour 1954 et la 1ère étape du Tour de l’Oise 1958.

Pierre Mancicidor

Pierre Mancicidor

 

Le Bèglais Pierre Mancicidor, nous a quitté le 10 septembre dernier à l’âge de 91 ans. Petit gabarit (1.65m-62 kg) Pierre Mancidor était rapide et nerveux au sprint et il passait bien les bosses ce qui lui permit de se constituer au fil des années un joli palmarès. Professionnel de 1946 à 1954 c'est sous les couleurs de La Perle de Francis Pélissier, à partir de 1949, qu'il va s'épanouir. Coéquipier apprécié par ses leaders : Hugo Koblet, Ferdi Kübler, André Darrigade, Jacques Anquetil, il avait un seul regret celui de n'avoir jamais disputé le Tour de France. A son palmarès on trouve une vingtaine de victoires parmi lesquelles on peut noter le Circuit de la Soule 1947, le Circuit de la Creuse 1950, la 1ère étape du Tour du Sud-Ouest 1952, la 2ème étape et le classement général du Circuit des Deux-Sèvres 1952.
Après sa carrière il fut durant de longues années Président de son Club le C.A. Bèglais.

Jean-Claude Lefebvre

Jean-Claude Lefebvre

 

 

 

 

 

 

Jean-Claude Lefebvre, est décédé le 14 octobre dernier, à l'âge de 81 ans. Jean-Claude Lefebvre était né le 11 janvier 1933 à Soissons
Professionnel de 1959 à 1968, Jean-Claude Lefebvre a participé à six Tours de France et un Tour d'Espagne. Equipier modèle il était un excellent poisson pilote et il emmena les sprints de coureurs réputés comme Jean Darrigade et Jan Janssen. Dans son palmarès il faut notre le Tour du Loiret et Paris-Valenciennes 1959, la 4ème étape du Midi Libre 1962 et la 3ème  place de Bordeaux Paris 1966.

Willy Monty

Willy Monty

 

 

 

 

Le 9 novembre dernier le cyclisme wallon a perdu en la personne de Willy Monty, un de ses glorieux représentants. Willy Monty était né le 11 octobre 1939 à Feluy dans le Hainaut. Professionnel de 1963 à 1971, Willy Monty était un coureur complet à qui il ne manqua qu’une petite pointe de vitesse pour se constituer un solide palmarès. 1967, fut de loin sa meilleure saison : 3ème de Liège-Bastogne-Liège derrière Walter Godefroot et Eddy Merckx, 3ème du Tour de Wallonie et du Grand Prix de Fourmies, 6ème du Tour des Flandres et 12ème du Tour de France. Vainqueur d’une étape du Dauphiné Libéré en 1964 il avait également remporté deux étapes du Tour de Catalogne en 1965 et une étape du Tour de Majorque en 1968.

Il était aux cotés du Britannique Tom Simpson dans l'ascension du Ventoux au moment de sa tragique disparition, le 13 juillet 1967. Ce drame l’avait profondément marqué. Willy Monty souffrait depuis plusieurs années de déficience respiratoire. Il est décédé dimanche à l'âge de 75 ans.

 

José Viejo

José Viejo

Né le 2 novembre 1949 à Azuqueca de Henares, José Viejo est décédé le 16 novembre dernier dans sa ville natale. Médaillé de bronze lors des championnats du Monde amateur 1971, il fut professionnel de 1973 à 1982. Il possède toujours aujourd’hui le record de la victoire acquise avec le plus grand écart sur le 2ème grâce à son succès dans la 11ème étape du Tour de France 1976 acquise avec 22 minutes et 50 secondes d’avance sur Gerben Karstens. Rapide au sprint, José Viejo n’était pas à l’aise dans les courses de trois semaines et il ne termina que 5 des 14 grands Tours auxquels il participa mais cela ne l’empêcha pas de se constituer au fil des années un palmarès fort de 32 victoires parmi lesquelles il faut noter le Trophée Masferrer, 2 étapes du Tour du Pays Basque, 4 étapes du Tour des Asturies, 1 étape de la Semaine Catalane, 1 étape du Tour du Portugal, 1 étape et du Tour d’Aragon

 

Otto Ziege Otto Ziege

 

 

 

 

 

 

 

 

L'ancien pistard Allemand, Otto Ziege est décédé le 8 novembre dernier à l’âge de 88 ans à Berlin. Né le 14 juin 1926, il fut professionnel de 1947 à 1956. Champion d’Allemagne sur route en 1949, il se consacra ensuite en priorité à la piste, et aux 6 jours. Vice champion d’Allemagne de demi-fond en 1953

Louis De Bruyker

Louis De Bruyker

Né le 6 juin 1920 à Hellemmes, Louis DE BRUYKER, est décédé le 21 novembre 2014 au Quesnoy-sur-Deule. Passé professionnel en 1943, dans l'équipe PEUGEOT-DUNLOP il n’a probablement jamais pu exprimer tout son potentiel à la suite d’un grave accident qui allait stopper net sa progression. En effet, le 6 juin 1944, il fait une lourde chute du côté de Saint-Germain-en-Laye. Bilan : deux bras cassés et fracture ouverte du fémur. Sa carrière professionnelle s’arrêtera là. Durant les années suivantes, il réintègre les pelotons amateurs où jusqu’en 1951 il continuera à vivre sa passion. Il occupera ensuite pendant près de vingt ans, les fonctions de mécanicien pour l'équipe du Nord. Il aura ainsi l’opportunité de s’occuper des machines de Louison BOBET, Raphaël GEMINIANI, Roger RIVIERE, Jacques ANQUETIL, Raymond POULIDOR, Tom SIMPSON, Rudi ALTIG, Roger PINGEON et Jean STABLINSKI. En tant que mécano, il compte huit victoires dans le Tour de France, acquises aux côtés de Louison Bobet et de Jacques Anquetil.

Jean Dacquay Jean Dacquay

 

 

Jean Dacquay est décédé le 28 novembre dernier suite à des complications respiratoires. Il était né le 17 décembre 1927 à Cleguerec dans le Morbihan. Après une brillante carrière amateur couronnée par le titre de champion de France des routiers en 1951, et la 4ème place aux Mondiaux de Varese, Jean Dacquay était passé professionnel en 1952 chez Mercier où il effectuera toute sa carrière. Vainqueur du Tour du Sud-Ouest en cinq étapes en 1952, il triomphe l’année suivante lors de la 2ème du Tour du Maroc. En 1954, il remporte le Circuit Provençal et en 1960, il s’impose lors de la 1ère étape du Grand Prix Vilar au Portugal. Au cours de sa carrière professionnelle qui s’est terminée en 1960 il a participé à 4 Tours de France : en 1953 (55ème), en 1954 (éliminé à la 16ème étape), en 1955 (38ème), en 1958 (abandon dans la 21ème étape).


Edito n° 061 

Ceux qui ne revinrent pas,

Chapitre 3

Nous commémorons en grande pompe cette année, le centenaire du début de la guerre de 14/18. Un peu partout en France, à coté des cérémonies du 11 novembre 1918, sont organisées des expositions sur la grande guerre et sur la vie difficile de nos soldats au front. En ce qui concerne le cyclisme, les noms d’Octave Lapize, François Faber et Lucien Petit-Breton, les trois vainqueurs du Tour de France, disparus dans la tourmente ont été le plus souvent évoqués. Derrière ces grands champions, de nombreux sans grade ont eux aussi laissé leur vie durant la grande guerre. La saignée est immense et l’on comprend mieux en consultant la liste des disparus pourquoi les pelotons des courses de l’après guerre étaient clairsemés et vieillissants. Une génération venait d’être fauchée dans la force de l’âge et la suivante trop jeune encore avait besoin de temps pour s’affirmer et assurer la relève.

Au niveau international, la France fut de loin la plus touchée tous trois anciens vainqueurs du Tour de France, mais ce sont en fait des dizaines de coureurs qui firent le sacrifice de leur vie.
En Allemagne, par contre, la liste des pertes chez les coureurs cyclistes et les autres sportifs de haut niveau est bien plus courte, conséquence d’une politique délibérée de n’envoyer que parcimonieusement les athlètes célèbres au front.
À partir d’août 1914, toutes les courses furent annulées et ne reprirent qu’après 1918 ; en Belgique, seuls quelques événements eurent lieu sur piste, comme par exemple au vélodrome du Karreveld à Molenbeek.
En Province de Liège, Marcel Kerff fut une des premières victimes civiles du conflit, accusé d’espionnage et exécuté par les Allemands à Mouland le 7 août 1914. En fait, il avait seulement enfourché son vélo pour aller observer la progression de l’armée ennemie vers son village… Il avait été le premier coureur wallon à atteindre le niveau international en terminant le tout premier Tour de France de 1903 à une très honorable 6 e place qui lui avait valu la reconnaissance des cadors du peloton de l’époque.

Le Petit Braquet a souhaité, avec ce troisième chapitre consacré aux coureurs cyclistes disparus durant cet épisode dramatique de notre histoire, faire la part belle aux coureurs modestes, à ces anonymes qui couraient le plus souvent en tant qu’indépendant. Pistards ou routiers, seuls et sans assistance, sur leur machine, ils mettaient du cœur à l’ouvrage. Leur passion de la bicyclette est aussi la notre ! Retrouver leurs traces ne fut pas chose facile. En nous appuyant sur les archives numérisées de la Bibliothèque Nationale de France, sur des sites consacrés au cyclisme : http://www.siteducyclisme.net/, http://www.memoire-du-cyclisme.eu/ et également sur l’énorme base de données mise en ligne par le ministère de la Défense http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/ nous avons pu reconstituer quelques bribes de la vie et de la carrière de ces cyclistes pour la plupart méconnus. Il était important pour nous de leur rendre cet hommage et de les sortir de l’oubli.

Bien sur l’histoire n’est pas close mais le sera-t-elle un jour ? Des dizaines de coureurs cyclistes professionnels, ont à coup sur, échappé à nos recherches. Français, Belges, Britanniques, Américains, Australiens, Allemands, Italiens ou Canadiens, … dévoués à leur pays et balayés dans cette immense boucherie. Nous ne voulons pas les oublier, nos recherches continuent…

Voir le coup de chapeau consacré au 3ème chapitre de la tragédie de la grande guerre qui coûta la vies à tant de champions en devenir ...


Edito n° 060  - m a j 26-août 2014

La petite reine, enfin un film traitant du dopage dans le cyclisme

La Petite Reine

Les films qui traitent du dopage dans le sport sont rares et souvent de qualité médiocre. Filmer le geste sportif n’est pas chose facile et même les plus grands metteurs en scène arrivent rarement à restituer le fait sportif avec une intensité et un rythme proche de la réalité. Il suffit pour s’en convaincre de se remémorer la lourdeur et l’absence de fluidité des scènes de rugby dans le film « Invictus » du grand Clint Eastwood. C’est probablement une des raisons pour lesquelles les cinéastes qui pourtant s’attaquent fort souvent aux faits de société et à l’actualité nationale ou internationale rechignent à s’exprimer sur ce sujet. Cela fait longtemps que nous espérions un film parlant avec justesse du dopage dans le monde du cyclisme, c’est pourquoi nous attendons avec impatience  la sortie de « La petite reine ».

Ce film québécois réalisé par Alexis Durand-Breault, a fait sensation lors de sa projection en sélection officielle du festival du film d’Angoulême, le 23 août dernier. En effet si l’on en croit le journal « La Charente Libre », et le site « lequipe.fr », 6 personnes se sont évanouies à la vue d'une scène où une actrice s'injecte des produits dopants. Les malaises heureusement bénins ont provoqués l’évacuation de la salle et les spectateurs frustrés devront attendre mardi 26 août pour voir la fin du film.

Nous nous garderons bien ici de chroniquer un film que nous n’avons pas vu mais nous espérons simplement que, malgré des scènes de dopage sanguin relativement dures, « la petite reine » pourra trouver un distributeur et être vue sur le territoire français.

Sorti en juin dernier au Québec avec de très bonnes critiques, le film s’inspire de l’histoire de Geneviève Jeanson, la cycliste Québécoise, championne du monde junior, victorieuse de la Flèche Wallonne à 20 ans et suspendue dix ans pour dopage à 25 ans. Le film qui n’est pas un biopic, met en vedette Laurence Leboeuf dans le rôle de Julie Arseneau, une championne cycliste sur le point de remporter la Coupe du monde féminine. Elle fait la fierté de ses parents et de son entraîneur. Elle est très populaire et enchaîne les apparitions médiatiques et les publicités pour son sponsor. Mais le bel édifice s’écroule quand à cause d'irrégularités dans ses tests antidopage, les soupçons de la Fédération Québécoise de Cyclisme se portent sur elle. Lorsque son médecin la dénonce, sa licence est révoquée, mais elle fait tout pour continuer à courir...

La Petite Reine

A l’occasion de la sortie québécoise du film,  Geneviève Jeanson s’est exprimée sur son passé et sur sa nouvelle vie. Il est finalement rare qu’un ancien sportif dopé s’exprime aussi librement sur son passé et sur sa vie après le dopage.

Morceaux choisis : Geneviève Jeanson: la vie après l'EPO, interview d’André Duchesne, pour le journal La Presse (16 juin 2014)

Q: Dans quel état d'esprit êtes-vous ?
R: Je suis heureuse. J'aime bien ma vie. Je suis beaucoup plus sereine qu'avant. Je suis assez zen, je pense. Le fait de décider d'agir sur ma propre vie m'a beaucoup calmée. Mais c'est un processus en constante évolution.

Q: Qu'avez-vous pensé du film ?
R: Je l'ai adoré. C'est super bien joué. Il y a beaucoup d'action. On est toujours au bout de notre siège. C'est très véridique au niveau de l'intensité, des émotions et des événements dramatiques. Je me demandais (en le voyant) comment j'avais fait pour survivre à ça.

Q: En quoi vous êtes-vous le plus reconnue dans Julie Arseneau ?
R: Dans son besoin d'être aimée.

Q: Est-il vrai que la réalisation du film vous a redonné le goût de faire du vélo ?
R: Absolument. Après avoir été prise pour dopage, j'ai continué à en faire un peu, mais je me suis rendu compte que je me définissais par ça. Si je ne faisais pas de vélo une journée, je me sentais coupable. Alors, j'ai tout vendu en me disant que je devais trouver ce que j'aime; d'autres sports ou activités culturelles et intellectuelles par lesquels je sentirais le même sentiment d'accomplissement. J'ai arrêté durant sept ans. J'ai fait du yoga, du hiking, beaucoup de marche, mais je ne voulais rien savoir du vélo.

Q: Comment s'est passé ce retour ?
R: Je savais que Laurence (Leboeuf) et les actrices allaient s'entraîner et je voulais faire du vélo avec elles. Je me suis acheté un modèle Argon 18 chez Cycle Gervais Rioux. Je suis allée en Arizona pour me refaire la jambe (rires). Puis, je suis allée en Belgique avec les filles pour le tournage. La première journée où j'ai roulé avec elles, nous sommes allées faire le mur de Huy. Au début de l'ascension, Alexis Durand Brault faisait du repérage. Toutes les filles sont arrêtées pour le saluer. Moi, la seule chose que je voulais, était de le faire, de me débarrasser de cette montée. Je l'ai fait d'une traite pour ensuite redescendre.

Q: Qu'est-ce qu'était l'EPO pour vous ?
R: C'est une prison. C'est le mot le plus fort et le plus évocateur.

Q: Si c'est une prison, pourquoi en prendre tous les jours ?
R: Je pense que c'est parce qu'on ne sait pas comment vivre en dehors de la prison.

Q: Avez-vous demandé pardon ?
R: J'ai demandé pardon à beaucoup de gens. Parce que j'ai fait de la peine à beaucoup de gens. Je ne vous dis pas à qui, mais j'ai demandé pardon aux personnes envers qui je devais le faire. Elles le savent.

Q: Lyne Bessette a exprimé ces derniers jours son irritation face aux athlètes dopés qui ne paient pas leur dû, ont reçu beaucoup d'argent en trichant et après s'être excusé, poursuivent leur vie comme si de rien n'était. Avez-vous des commentaires ?
R: Elle a le droit à son opinion. Elle a le droit de ne pas me pardonner. Ma suspension n'est pas terminée encore (10 ans). J'ai participé à des enquêtes, j'ai donné mon opinion sur plusieurs choses, j'ai appelé la WADA (Word Anti-Doping Agency), mais je pense que ce qui est important, c'est pour le futur. Si le film est capable de donner des indices à des parents, à des jeunes, et le prévenir (le dopage), c'est ainsi qu'il faut regarder les choses.

Q: Condamnez-vous ceux qui prennent des produits dopants dans le sport professionnel ?
R: Moi, je ne le referais pas. Je peux juste parler pour moi-même.

Q: Pour finir, avez-vous confiance en l'être humain ?
R: Absolument. Mais au début, il est important que je me pardonne moi-même. Quant à l'opinion des gens, je ne peux pas la contrôler. C'est sûr que j'espère être aimée, j'espère contribuer à la société d'une façon positive, mais il fallait en premier que je fasse la paix avec moi. C'était la base de tout.

Geneviève Jeanson

La sortie française du film “La petite reine » n’est pas encore connue mais devrait intervenir avant la fin de l’année. Nous espérons que les incidents qui ont émaillé la première projection ne modifierons pas la donne et qu’enfin nous pourrons voir ce film traitant du dopage, ce fléau qui gangrène depuis des décennies un sport que nous aimons passionnément

bande annonce


Edito n° 059  - m a j 07-juillet 2014

Voilà l’été, pour chacun d’entre nous c’est l’occasion de pratiquer la petite reine de manière un peu différente du reste de l’année. Certains vont en profiter pour découvrir une autre région, un autre pays et gravir de nouveaux cols dans des paysages inconnus. Pour ceux qui ne partent pas en vacances cela peut être simplement des sorties plus longues qu’à l’habitude et l’occasion de rouler avec d’autres amateurs de la petite reine. L’été c’est aussi plus de temps libre, du farniente et l’occasion de lire quelques livres. Comme chaque année, nous vous proposons une sélection forcément subjective et sélective de livres traitant du cyclisme et qui vous permettront de passer, nous en sommes surs, d’agréables moments… A consommer sans modération.

Le Petit Livre Jaune

« Le petit livre jaune » de Christian Laborde

 

 

Ce livre n’est pas récent mais j’ai eu l’occasion de découvrir avec beaucoup de plaisir cet abécédaire du Tour de France, il y a peu de temps. Christian Laborde a le verbe truculent, il aime le vélo passionnément et la conjugaison des deux apporte un grand plaisir de lecture. « Commençant par V, finissant par O, il y a vélo, il y a Vietto. René Vietto. C’est tellement beau, c’est tellement haut ».

Editions Mazarine, département de la librairie Arthème Fayard, 2000

Christian Laborde a reçu en 2013, le prix Louis Nucéra pour « Tour de France, nostalgie », éd. Hors-Collection, 2012,

Dompter la bicyclette et autres déboires

« Dompter la bicyclette et autres déboires » de Mark Twain,

L’auteur de Huckleberry Finn raconte avec beaucoup d’humour les maladresses d’un homme peu doué  face aux grandes inventions de son temps et notamment le grand bi. Un tout petit livre réjouissant…

Les éditions du Sonneur, La Petite Collection • Inédit en français Traduit de l’anglais (États-Unis) par Emmanuel Malherbet, Préface d’Emmanuel Malherbet

Deux roues, la merveilleuse histoire d'une machine nommée vélo

« Deux roues, La merveilleuse histoire d’une machine nommée vélo » de Jacques Seray

Ce livre traite de l’histoire de la bicyclette et non pas de l’histoire du cyclisme. Paru initialement aux Éditions du Rouergue cet ouvrage de référence était épuisé depuis longtemps et son auteur, jacques Seray a eu l’excellente idée de le rééditer. Il en a profité pour l’actualiser et l’enrichir avec le professionnalisme qu’on lui connaît.

-2013- Autoédition : Jacques Seray – 8, allée de Normandie – 78140 Vélizy.
Courriel : jacques.Seray@cegetel.net

Le cycliste perdu

« Le cycliste perdu » de David Herlihy,

Ce livre captivant dont nous avons déjà parlé ici, raconte le destin tragique d’un aventurier américain. Parti faire le tour du monde à bicyclette pour le magasine « Outing », Frank Lenz dont nous avons évoqué l’étonnante histoire lors d’un coup de chapeau, fut assassiné dans une région perdue de Turquie et ce n’est que grâce aux investigations d’un autre cycliste William Sachtleben, que le monde entier connu la vérité sur sa fin tragique.

Editions : JC Lattès, Collection : Les aventures de la connaissance, Traduit de l’anglais par Carole Delporte, 2011

Les confessions d'un enfant du cycle

« Les confessions d’un enfant du cycle » d’Alphonse Allais

La seconde partie de l’ouvrage propose des textes publiés dans la presse entre 1893 et 1903 et qui traite de ce qu’à l’époque on nommait la vélocipédie. La verve bien connue d’Allais y fait merveille, pleine d’un humour féroce, d’une logique de l’absurde et de jeux de mots passés à la postérité comme l’abbé Kahn...

Editions : Mercure de France, collection « Le petit Mercure », 2012


Edito n° 058  - m a j 08-juin 2014

Journée fantastique passée au coeur de l'organisation lors du déroulement de ce 66ème Critérium du Dauphiné Libéré, et cela grâce à RAGT Semences (partanaires professionnels).

Ce dimanche 08 juin 2014, le vélo produit son spectacle dans les rues de la capitale des Gaules, c'est ici à Lyon, que se donnent rendez-vous tous les amoureux d'un sport toujours aussi spectaculaire et populaire.

Après avoir marqué un temps d'arrêt sur l'esplanade du Novotel où nous sommes pris en charge par les soins de notre partenaire du jour, RAGT Semences, nous sommes amenés directement au coeur du village, avenue Foch, où se tient la rampe de lancement des coureurs. Dans cette zone très animée, nous sommes médusés, épatés, étonnés aussi, par une forte agitation et par le va et vient des coureurs, du service d'ordre, des motards de la sécurité, de la presse, attention à ne pas s'égarer ! - L'occasion de voir bon nombre de coureurs à l'échauffement sur les TACX dernier cri.

Nous observons, photographions, écoutons les explications avisées de notre guide.

Très vite, je suis invité à suivre la course dans une voiture de l'organisation.
J'ai la chance de pouvoir le réaliser dans celle de Marc Durand, être passager de cet ancien coureur cycliste qui a nourrit et alimenté ma passion naissante pour le cyclisme dans les années 80 est un moment agréable d'échanges et de nostalgie.

Nous suivons à plus de 60 km le coureur Lieuwe Westra.

La traversée du tunnel "mode doux de la Croix-Rousse" apporte une originalité, et sans doute un moment de fraicheur aux concurrents, le pont Georges Clémenceau, la grimpée de l'Observance et la descente qui s'ensuit, technique et très rapide, l'occasion de reconnaitre l'expérience et la dextérité de l'ex champion cycliste reconverti. L'arrivée s'effectue sous une rangée de spectateurs enthousiastes sur la dernière ligne droite nous ramenant à Confluence.

Un spectable beau comme le soleil du jour qui brille et chauffe terriblement, un monde symbolisé par une immense cohorte humaine, multitudes de couleurs et de bruits, ou se découpent sportifs, partenaires, journalistes, vélos, voitures, et nous spectateurs intrigués, ... des images à profusion, et beaucoup émotions garanties.
Voilà rapidement le résumé de cette journée, je remercie toute l'équipe de RAGT Semences, l'équipe a été formidable, j'ai rarement rencontré des gens disponibles, gentils et attentionnés, le tout dans une ambiance détendue et conviviale, je reste persuadé que ma collègue d'Interra, Florence, aura partagé les mêmes sentiments et ravissements.

Une petite vidéo souvenir

3


Edito n° 057  - m a j 30-avril 2014

Quelques semaines après les élections municipales, il nous semble intéressant de faire un point sur la situation du vélo en France et sur le travail immense qu’il reste à accomplir pour nos nouveaux élus municipaux.

Quelques chiffres tout d’abord pour mesurer à quel point nous sommes encore et toujours en retard par rapport à nos voisins Européens. En France, les consommations énergétiques associées aux transports reposent à 97 % sur les hydrocarbures. Les transports sont à l’origine de 26 % des émissions des gaz à effet de serre. Le transport aérien et le transport routier sont ceux qui génèrent le plus d’émission de gaz à effet de serre par kilomètre parcouru (http://www.developpement-durable.gouv.fr). Il y a urgence. Il faut agir rapidement car en moyenne un Français parcourt moins de 90 km par an à vélo contre 300 km pour un Européen du nord et 800 à 1 000 km pour un Néerlandais ou un Scandinave.

Selon une enquête Epomm (Euroean Plateform On Mobility Management) de 2011, on compte 2% de trajets à vélo à Paris et 13% à Berlin, 8% à Strasbourg 1% à Pau et 7% à Vitoria/Gasteiz, au Pays basque espagnol, 1% à Nice et 5% à Bologne, 2% à Lille tandis qu’Anvers et Karlsruhe triomphent avec respectivement 23% et 25%. Mieux encore, selon une étude de 2012, chaque jour, à Amsterdam, 490 000 personnes enfourchent leur vélo pour parcourir un total de 2 millions de kilomètres ce qui pour une ville d’à peine 800 000 habitants est considérable. Une ville comme Copenhague place aujourd’hui le vélo comme un atout majeur pour devenir en 2025, la première capitale du monde neutre en carbone. La ville compte déjà plus de vélos que d'habitants : 560 000 pour 520 000 habitants intra muros et même les hommes politiques montrent l’exemple, ainsi 63 % des députés se rendent chaque jour au parlement à bicyclette.

Les avantages à l’utilisation régulière de la bicyclette sont nombreux en termes de santé, de réduction des pollutions atmosphériques et de réduction du bruit, de budget des ménages, de développement économique, pourtant faute d’une politique volontariste, la France avance mais lentement et elle est loin, très loin même, de rattraper son retard par rapport aux pays européens les plus avancés en la matière. Il manque avant tout une politique volontariste et incitative pour donner le coup de fouet nécessaire au développement de la bicyclette comme mode de transport quotidien.

Voici à titre d’exemple quelques mesures prises chez nos voisins pour inciter la population à prendre un vélo pour se déplacer :

Italie : Subvention à l’achat d’un vélo par les employés
Irlande, Pays-Bas, Royaume uni ; Achat par les employés d’un vélo à coût réduit via l'employeur En 2011, le gouvernement Britannique a mis en place le programme « Cycle to work ». Des sociétés servent de centrale d’achats et passent des conventions avec un certain nombre de vélocistes agréés. Les employés choisissent un vélo mais aussi un équipement de sécurité, l’employeur le paye et le vend en leasing à son employé en déduisant le montant des charges sociales correspondant à la somme engagée.
Belgique : TVA réduite sur réparation
Belgique, Pays-Bas : Indemnité kilométrique versée par employeur
Belgique, Pays-Bas, Irlande, Grande-Bretagne, Autriche : Mise à disposition des salariés d’un parc de vélos utilisables pour les trajets personnels, notamment domicile-travail, et non considérés comme avantage en nature.
Suisse, Belgique : Déclaration aux frais réels pour déduction de l'impôt sur le revenu
Allemagne, Pays-Bas, Grande-Bretagne, Belgique : Indemnités pour déplacements professionnels.

Tout n’est pourtant pas perdu et si l’on en croit Véronique Michaud, déléguée générale du Club des Villes et Territoires Cyclables (CVTC) et auteur d’un ouvrage qui vient de paraître, "A vélo, vite !" (fyp, 143 pages, 16€, 2014), les élus semblent plus réceptifs qu’autrefois. "L’idée que le vélo serait, en ville, réservé aux loisirs et au sport est un peu derrière nous". Le CVTC insiste et cela est fondamental sur le fait que faire de la piste cyclable simplement pour être dans l’air de temps et se donner bonne conscience n’a aucun intérêt. Cela doit être calculé et réfléchit dans le cadre d’une véritable stratégie de développement des transports communaux ou intercommunaux. "Il ne sert à rien d’aligner des kilomètres pour le plaisir. Il faut effectuer un diagnostic puis traiter les principales difficultés, coupures urbaines, carrefours dangereux, stationnement". En clair, mieux vaut une passerelle enjambant une rocade autoroutière ou une voie ferrée pour relier deux quartiers qu’une bande cyclable dans une rue où il est déjà facile et agréable de circuler à vélo.

Depuis 2011, 88% des villes de plus de 250 000 habitants disposent d’une « Madame vélo » ou d’un « Monsieur vélo » une proportion qui tombe à 81% parmi les villes entre 100 000 et 250 000 habitants et 44% pour celles dont la population ne dépasse pas 100 000. Ces chiffres sont en très nette progression mais avoir une « Madame vélo » n’a d’intérêt que si la collectivité s’en donne les moyens ce qui heureusement est de plus en plus souvent le cas.
Selon l'enquête du CVTC, les trois plus grandes métropoles françaises sont les plus en retard ainsi Paris et Lyon sont les grandes villes où l'on compte le moins d'aménagements cyclables par habitant, tandis que Marseille a reçu en 2013 « le clou rouillé », trophée de la ville la moins cyclable de l’hexagone.

En guise de conclusion, nous vous livrons les résultats d’une étude de la CEE-ONU et le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe, publiée le 14 avril dernier. Elle montre combien il y a urgence à avancer et quelle responsabilité ont nos politique qui, depuis des décennies, en connaissance de cause, ferment les yeux, donnant la primauté à l’économique sur la santé de leurs concitoyens…
« Plus de 76 600 personnes seraient employées dans des modes de transport écologiques et sains chaque année et 10 000 vies seraient sauvées si les grandes villes d’Europe atteignaient le niveau de pratique du vélo enregistré à Copenhague ». Cette étude, intitulée « Les emplois liés aux transports respectueux de l’environnement et de la santé« , estime que l’investissement dans un «transport écologique et sain» comme le vélo présente non seulement des effets positifs sur la santé et l’environnement mais est aussi économiquement rentable.
En premier lieu, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) revient sur les innombrables nuisances de la circulation automobile: « Les coûts globaux associés aux impacts environnementaux et sanitaires des transports peuvent atteindre jusqu’à 4% du produit intérieur brut (PIB) d’un pays. Dans la région pan-européenne, la pollution de l’air extérieur, en grande partie causée par la circulation automobile, provoque près de 500 000 décès par an, selon de nouvelles études. Les accidents de la route tuent 90 000 personnes chaque année prématurément. L’exposition à un bruit extérieur excessif affecte près de 70 millions de personnes. Les transports représentent 24% du total des émissions de gaz à effet de serre en Europe et en Amérique du Nord. Quand il décourage l’activité physique, le transport contribue à près de 1 million de décès par an ».

 

Sources :

http://transports.blog.lemonde.fr/
http://isabelleetlevelo.20minutes-blogs.fr/
http://blogfr.communes.com
http://denmark.dk
https://www.gov.uk/government/publications/cycle-to-work-scheme-implementation-guidance
http://www.villes-cyclables.org/
http://carfree.free.fr/
http://www.euro.who.int/


 

Edito n° 056  - m a j 30-mars 2014

David V Herlihy

 

La semaine dernière, (22-mars 2014) nous avons eu le plaisir d’accueillir David V Herlihy, l’écrivain américain de passage dans la région Rhône Alpes. Historien et journaliste, David se passionne pour l’histoire de la bicyclette depuis maintenant plus de trente ans, parcourant le monde à la recherche d’éléments nouveaux permettant de mieux comprendre les avancées technologiques qui ont permis de passer de la draisienne aux machines modernes. Membre du Harvard Cycling Club, ces travaux ont fait, ces dernières années, l’objet de diffusion dans des médias reconnus comme the National Public Radio, Voice of America, le New York Times, le Boston Globe, Boston Magazine… Il est également intervenu à plusieurs reprises lors des Conférences Internationales sur l’Histoire du Cycle qui se déroulent chaque année (the International Cycling History Conference). Ces publications ont été récompensées à plusieurs reprises. Ainsi en 2005, il a reçu “the Sally Hacker Prize” distinction décernée par l’Académie Américaine d’Histoire des Technologies.

David réside désormais à Boston et s’il avoue ne plus avoir beaucoup de temps pour pédaler, il possède quelques belles machines de course. La place lui manque pour agrandir sa collection et il le regrette vivement.

Parlant remarquablement le français, doté d’un solide sens de l’humour, David, nous a, avec beaucoup de gentillesse, dit tout l’intérêt qu’il portait au site « le petit braquet » qu’il consulte régulièrement. Il nous a parlé de ses rencontres avec de nombreuses personnalités de l’histoire du cyclisme comme Gino Bartali et Cino Cinelli.

 

Un seul livre de David a jusqu’à présent été traduit en français, il s’agit de l’ouvrage qu’il a consacré à Frank Lenz, le globe-trotter américain qui disparut tragiquement dans la partie orientale de la Turquie en 1892. Ce livre, « The lost cyclist », « le cycliste perdu » en version française, est très documenté, illustré de nombreuses photos d'époque, se dévore comme un roman d'aventures ou un polar. A la lecture de ce récit véridique, qui est un hommage aux aventuriers à bicyclette de la fin du 19ème siècle, on comprend mieux l’engouement qu’a suscité le voyage de Lenz dans la population américaine et l’émotion provoquée par sa disparition tragique.

Le Cycliste perdu (The Lost Cyclist), de David V. Herlihy,
traduit de l'anglais par Carole Delporte, JC Lattès, 392 pages, 21,50 €uros.

 

 

 

Autres livres de David V Herlihy :

- “Bicycle: The History”,  Editeur Yale University Press, 2006

 

 

 

 

Ses prix :

  • 1999 McNair Prix en histoire du Wheelmen, l'association américaine par excellence de collectionneurs de vélos anciens.
  • 2004 Prix d'excellence dans l'histoire des sciences parrainé par la division de l'édition savante de l'Association of American Publishers et professionnelle.
  • 2005 Prix Sally Hacker parrainé par la Société d'histoire de la technologie.

 


 

Edito n° 055  - m a j 04-mars 2014

Toujours une longueur d’avance

Toujours plus fort, toujours plus loin dans l’utilisation de substances dopantes et hélas toujours avec une bonne longueur d’avance, tel est le constat désabusé que l’on peut faire après les dernières révélations sur les pratiques des athlètes russes aux J.O. de Sochi.

Le gaz xénon serait désormais utilisé par certains sportifs pour stimuler la production naturelle d’érythropoïétine (EPO) et augmenter la capacité cardiaque et pulmonaire. Si les effets semblent hélas bien réels, l’Agence Mondiale de lutte Antidopage (World Anti-Doping Agency’s, WADA) n’a pas encore prit de décision pour inscrire le xénon dans sa liste des produits dopants.

Craig Reedie, président de l’Agence mondiale anti-dopage

Dans ce genre d’histoire, il y a toujours beaucoup d’hypocrisie notamment chez ceux qui avec aplomb, déclarent ouvertement utiliser ce produit mais qu’il n’est pas dopant car il n’est pas interdit. A écouter ce genre de discours on en vient à croire que c’est l’interdiction qui donne ou non des vertus à un produit…

« Le xénon n'est pas un gaz illégal », a ainsi insisté Vladimir Uiba, le patron de l'Agence fédérale russe de biomédecine (FMBA), cité mercredi par des agences de presse russes, dans la première réaction officielle côté russe à ces affirmations. « Nous avons pour principe de ne pas utiliser ce qui est interdit par l'Agence Mondiale Antidopage [AMA] », a-t-il ajouté, et « il est possible que nos sportifs aient eu recours à des inhalateurs de xénon, mais il n'y aurait rien de mal à cela ». « Ce n'est pas illégal, ce n'est pas destructeur et cela ne provoque pas d'effets secondaires. » (le Monde)

Ce qui est peut être le plus déroutant dans cette affaire, ce sont les propos tenus Prentice Steffen, médecin chef de l’équipe Garmin Sharp à Cyclingnews qui montre bien que la réflexion autour de l’utilisation de ce gaz n’est pas nouvelle et que certains ne sont probablement pas embarrassés d’éthique pour poursuivre plus avant leurs recherches profitant d’un temps de réaction toujours trop longs des instances de lutte contre le dopage.

«Bien que n'étant pas sur la liste des substances interdites par l'Agence Mondiale Antidopage, l'utilisation du gaz par l'homme n'a fait l'objet que de très peu de recherches. Le fait qu'il stimule les effets du dopage, tout en restant  encore une substance légale, traverse une frontière éthique. Nous avons examiné le xénon, honnêtement, mais nous avons eu plusieurs préoccupations à ce sujet et nous avons finalement décidé de ne pas l'utiliser. Il n'y a vraiment rien de bon en termes de sécurité ou d'amélioration sportive et en plus vous vous jeter dans des considérations éthiques. Personnellement, je pense qu'il franchit une ligne et que c'est contraire à l'éthique et nous avons décidé de ne pas poursuivre.»

Il évoque également le fait que le monoxyde de carbone est considéré par certains comme un bon stimulant pour la production d'EPO. En 2013, une équipe cycliste l’aurait expérimenté selon des principes similaires au xénon.

Steffen milite également pour une interdiction rapide du Tramadol, un médicament antalgique ayant des propriétés proches de la morphine et de certains autres dérivés de l’opium. Le Tramadol serait selon lui utilisé abusivement, à l’entrainement comme en course par une part importante du peloton.

Aujourd’hui la loi antidopage n’interdit pas encore le Tramadol. Le xénon, et le monoxyde de carbone ne seront peut être jamais inscrits sur cette fameuse liste des produits interdits et cela bien évidemment les apprentis sorciers le savent et ils ne se privent pas d’en profiter, partant du principe simple et cynique que tout ce qui n’est pas interdit, est totalement licite. Pour eux pas de réflexions d’ordre moral, ou éthique, un produit autorisé n’est pas un produit dopant ; quels que soient ses effets. En ce domaine, la seule solution que possède désormais l’Agence Mondiale de lutte Antidopage pour couper l’herbe sous le pied de tous ces tricheurs de mauvaise foi, c’est une très grande réactivité. Chaque fois qu’il y a suspicion de dopage avec un produit, elle se doit de faire jouer une sorte de principe de précaution, en l’interdisant immédiatement et de manière préventive. En agissant ainsi, elle se donnerait le temps d’étudier calmement les propriétés de ce produit avant de prendre une décision définitive et surtout elle ne laisserait pas une longueur d’avance aux tricheurs.


Edito n° 054  - m a j 11-janvier 2014

Aide-toi et le ciel t'aidera

sécuritéEn évoquant dans cet édito ce célèbre proverbe, loin de nous l’idée de vous parler de croyance religieuse ou de faire du prosélytisme, simplement « Aide-toi et le ciel t'aidera » nous parait convenir parfaitement à l’état d’esprit que se doit d’avoir un cycliste sur la route afin de préserver sa sécurité, parce que le vélo est avant tout un plaisir et qu’il doit le rester.

Nous avons toujours, dans ces colonnes, milités pour que les deux roues non motorisées trouvent la place qui doit être la leur sur la route afin que tout à un chacun puisse circuler librement et en toute sécurité. A de nombreuses reprises nos éditos ont été consacrés au partage de la route, à la prévention et nous avons souvent dénoncé des équipements inadaptés pour la circulation des deux roues et nous continuerons à le faire chaque fois que ce sera nécessaire. Force est pourtant de reconnaître qu’il faut parfois balayé devant sa porte avant d’adresser une volée de bois vert à ceux qui tiennent les cyclistes pour quantité négligeable.

Loin de nous l’idée de croire que nous sommes les meilleurs pilotes du monde, que nous sommes infaillibles et que rien ne pourra jamais nous arriver. Nous ne sommes pas infaillibles et nous commettons des fautes de pilotage ou des erreurs d’appréciation mais nous croyons que le respect absolu de certaines règles de base permet de limiter nettement les risques.

Aide-toi, soit toujours vigilant, pense à ta sécurité, pense à celles des autres, ne fait jamais totalement confiance aux autres usagers de la route, voilà les principes de base indispensables pour se préserver.

sécuritéAlors quand à la tombée de nuit, par exemple, il nous arrive de voir ou plutôt d’apercevoir, sur la route des cyclistes circulant sans lumière, l’envie de pousser un énorme coup de gueule face à ces inconscients est très forte.

Voici quelques éléments certes simples mais qu’il est indispensable d’avoir toujours à l’esprit quand on monte sur sa machine.

- A vélo, je n'ai pas de carrosserie. Je suis nu et très fragile face à un camion ou une voiture, alors j’évite de prendre des risques inutiles car les erreurs peuvent couter très cher.

En 2012, 39.9% des cyclistes tués le sont lors de collisions avec un seul véhicule de tourisme, 26% lors d’accidents avec un poids lourd ou un véhicule utilitaire, mais aussi 15.3% décèdent seuls lors d’une chute.
Source : (bilans annuels de la sécurité routière en France - http://www.securite-routiere.gouv.fr )

- Une bonne protection c’est être très visible. Certaines tenues noires sont absolument magnifiques mais elles ne sont pas forcément les plus adaptées pour circuler en sécurité. L’important c’est d’abord et avant tout d’être vu par les autres usagers de la route et il nous semble important de privilégier les vêtements clairs ou ceux pourvus de larges bandes réfléchissantes.

sécurité- N’oubliez pas que l’Article R239 du code de la route dit que le vélo doit être doté d'un feu avant éclairant et d'un feu arrière rouge. Cet équipement est obligatoire de nuit et de jour en cas de mauvaise visibilité. On peut certes discuter sur la nécessité d’avoir ces équipements sur des vélos de course et en plein jour, ils sont par contre rigoureusement et totalement indispensables pour ceux qui pour des raisons personnelles ou professionnelles circulent la nuit tombée. Il existe aujourd’hui des petits éclairages avant et arrière ultra légers, faciles à installer et quand l’on prévoit de rouler jusqu’à la fin du jour, cela ne coûte rien de les avoir dans la poche de son maillot.

En 2012, 17.1% de la mortalité cycliste survient la nuit, alors qu’ils sont peu nombreux à circuler. En ville, pour un cycliste tué la nuit, 21 sont hospitalisés plus de 24 heures.
Source : (bilans annuels de la sécurité routière en France - http://www.securite-routiere.gouv.fr )

- On peut voir mais ne pas être vu...Il ne faut jamais se dire « c’est bon, ça passe, il m’a vu » mais au contraire toujours se comporter comme si l’autre usager ne vous a pas repéré et agir en conséquence. Se comporter ainsi c’est ne pas faire confiance à priori à l’autre, mais c’est surtout préserver sa sécurité mais aussi celle des autres. L’excès de précaution n’a jamais tué personne…

- Se signaler lors d’un changement de direction et indiquer avec le bras que l’on tourne est indispensable. La faible perception du cycliste par le chauffeur est encore plus importante lors d’un changement de direction notamment avec les angles morts.

- Rouler à au moins un mètre du trottoir, c’est se donner une marge de sécurité pour éviter un obstacle ou se protéger d’un dépassement trop serré de la part d’un véhicule.

sécuritéFacteurs d’accidents mortels et les scénarios types :

En agglomération, les scénarios sont relativement nombreux. Les facteurs relevés sont la faible perception du cycliste par le conducteur mais aussi un défaut de respect d’une règle par le cycliste ou le conducteur : « un cycliste circule de jour dans une rue bordée de stationnement. Une portière s’ouvre, et le cycliste, par évitement, chute sur la chaussée (15% des accidents corporels à Paris) ».

Hors agglomération, les facteurs relevés sont souvent la faible perception du cycliste par le conducteur de nuit comme de jour, une mauvaise appréciation d’une manœuvre de dépassement et une vitesse d’approche excessive. « Le ou les cyclistes roulent sur la chaussée, généralement peu large, un véhicule survient et tente un dépassement sans s’écarter suffisamment et heurte par l’arrière le cycliste ».
Source : (bilans annuels de la sécurité routière en France - http://www.securite-routiere.gouv.fr )

Aide-toi, soit toujours vigilant, pense à ta sécurité, pense à celles des autres, ne fait jamais totalement confiance aux autres usagers de la route, voilà les principes de base indispensables pour se préserver et s’offrir tout au long de l’année de belles parties de manivelles.

 

Pour consulter les archives des précédents éditos - cliquez sur le(s) bouton(s) :

archives n° 1   archives n° 2
2012                  2013

 
 
     


 Copyright©Le Petit Braquet || Version V.01 || Nov2005