Le Petit Braquet
 
-
 
 

ARTICLE DE PRESSE - FAITS DIVERS


LOIRE Veauchette: une cycliste décède après une collision avec un tracteur.

Un accident dramatique impliquant un véhicule léger, deux cyclistes et un tracteur s'est produit vers midi, rue de l'Étang Nicolas, entre Saint-Cyprien et Veauchette. Une femme de 22 ans, originaire du Chambon-Feugerolles et sapeur-pompier volontaire, est décédée.

Selon les premiers éléments recueillis sur place, l'accident serait dû à un malheureux concours de circonstances. Deux cyclistes de 22 ans, un homme et une femme, circulait en direction de Veauchette. Une voiture sortait d'une allée le long de la route, cachée par un mur. Surpris par le nez de la voiture, les cyclistes auraient fait un écart sur la gauche et la jeune aurait été déstabilisée. Mais un tracteur et sa remorque étaient en train dépasser les cyclistes au même moment. Le vélo s'est coincé sur l'encoche de la remorque, et la cycliste est passée dessous.

Le conducteur du tracteur, dont la remorque remplie de copeaux de bois s'est renversée dans le fossé, est indemne. Le second cycliste de 22 ans est également indemne. Très choqués, ils ont été transportés au CHU de l'hôpital Nord.

La jeune femme en revanche était dans un état critique. Prise en charge par les pompiers de Saint-Galmier, Andrézieux-Bouthéon et Sury-le-Comtal, ainsi que par le Samu 42, son pronostic vital était engagé. Elle a été héliportée en urgence absolue au CHU de l'hôpital Nord de Saint-Priest-en-Jarez. Mais, elle est décédée à l'hôpital.

Une enquête de gendarmerie est en cours pour déterminer les circonstances exactes de l'accident.

---------------------------------------------------------------------

Une ex-Miss meurt tragiquement, percutée par un tracteur

Morgane Rolland avait été élue Miss Pays Stéphanois et deuxième dauphine de Miss Loire en 2017. Elle a été tuée vendredi midi à Veauchette dans la Loire.

Originaire de Chambon-Feugerolles, Morgane Rolland avait été élue Miss Pays Stéphanois le 30 avril 2017. Deux mois plus tard, elle avait décroché l’écharpe de deuxième dauphine de Miss Loire 2017. Mais l’ascension de cette sapeur-pompier volontaire dans le monde des Miss s’était arrêtée là.

La jeune femme se destinait à devenir professeur d'EPS.

Source : Le Progrès - Publié le 26 avril 2019


SALAISE-SUR-SANNE - Un cycliste tué, percuté par une voiture

Lundi 22 avril, un cycliste de 62 ans a été mortellement percuté par une voiture. Ce mercredi 24 avril, le conducteur de celle-ci a été déféré dans le cadre d’une toute nouvelle procédure de poursuite : la comparution à délai différé.

Le drame s’est noué lundi 22 avril, dans l’après-midi, sur la RN 7 à Salaise-sur-Sanne. Vers 16 h 20, alors qu’il circulait dans le sens Valence/Roussillon, un cycliste a été violemment percuté par l’arrière par une Audi A3, entre le Green 7 et la zone commerciale de Carrefour.

Violent, le choc a littéralement plié la roue arrière du vélo et projeté son cycliste au sol. À l’arrivée des premiers sapeurs-pompiers, le sexagénaire était en arrêt cardio-respiratoire. Et malgré tous leurs efforts, ils n’ont pas pu ranimer la victime.

Les gendarmes de Roussillon ont eu alors la difficile charge d’identifier la victime, mais également d’établir les circonstances exactes du drame. En effet, sur les lieux de l’accident, aucune pièce d’identité n’a été trouvée dans les effets de la victime. Également sur place, l’élue salaisienne de permanence n’a pas reconnu le visage du cycliste. Ce n’est que mardi après-midi que la victime a été formellement identifiée.

Poursuivant leurs investigations, les gendarmes roussillonnais ont fini par mettre un nom sur la victime. Il s’agit de Francis Croze, un habitant du Péage-de-Roussillon, âgé de 62 ans.

Quant à l’enquête, ouverte pour homicide involontaire, elle n’a pas traîné. Le conducteur de l’Audi A3, âgé de 24 ans, a été placé en garde à vue peu après l’accident. Selon nos informations, les investigations ont pu établir que l’Audi circulait à vive allure lorsqu’elle a fauché le cycliste.

Déjà connu de la justice, notamment pour conduite sans permis, trafic de stupéfiants ou encore extorsion, ce jeune homme a été déféré ce mercredi 24 avril, dans l’après-midi, à l’issue de sa garde à vue, au parquet de Vienne. Conformément aux réquisitions du procureur de la République, dans le cadre de la toute récente comparution à délai différé, en vigueur depuis le 1er avril 2019, il a été écroué dans l’attente de son procès, qui se tiendra le 19 juin prochain.

ledauphine.com - Publié le 23/04/2019

BEDOIN Un cycliste héliporté après une chute sur le Ventoux

La victime de l’accident est un vacancier luxembourgeois d’une soixantaine d’années. Il s’est attaqué hier avec son épouse à la montée du Ventoux à vélo. Le cycliste a été victime d’une crevaison dans la descente vers Bedoin, sa roue a déjanté il est parti tout droit. Il souffrait de graves contusions à l’épaule quand les secours sont arrivés sur place. Les pompiers ont préféré l’héliporter vers l’hôpital nord de Marseille, depuis Bedoin.

ledauphine.com - Publié le 23/04/2019


Loire-Atlantique: Un cycliste tué à Saint-Nicolas-de-Redon ce mardi après-midi

Un homme de 60 ans est décédé vers 14 h ce mardi

Un cycliste de 60 ans a trouvé la mort ce mardi sur les routes de Loire-Atlantique. A 14 h, route de Nantes, sur la commune de Saint-Nicolas-de-Redon, le conducteur d’une voiture, un habitant de Saint-Herblain de 34 ans, a percuté un cycliste, un homme de 60 ans, originaire de Rieux dans le Morbihan.

Le cycliste se serait déporté !

Ce dernier serait décédé sur le coup selon la Compagnie de gendarmerie de Châteaubriant. Les circonstances de l’accident restent encore à déterminer, mais toujours selon les gendarmes castelbriantais, le cycliste se serait déporté au moment où la voiture le dépassait. Une enquête a été ouverte.

Source : 20 minutes - - Publié le 09 avril-2019


Rhône Rillieux-la-Pape: gêné par un obstacle, un cycliste est tué par un camion

Un cycliste de 70 ans a trouvé la mort, ce jeudi au début de l’après-midi, route du Mas Rillier, à Rillieux-la-Pape. L’accident s’est produit à la hauteur du numéro 741 où, à la suite d’une chute, il est passé sous un camion.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le septuagénaire circulait sur la piste cyclable, séparée de la chaussée par une bordure en béton. Il semble avoir été gêné par un obstacle qui se trouvait sur la piste.

A-t-il voulu l’éviter, ou a-t-il été déséquilibré en roulant dessus ? Toujours est-il qu’une roue de son vélo a heurté le trottoir, provoquant sa chute. Il a été éjecté sur la chaussée, au moment où arrivait un camion, dont le conducteur n’a rien pu faire pour l’éviter.

Malgré l’intervention des secours, le septuagénaire a succombé à ses blessures sur les lieux de l’accident. L’enquête est confiée à la brigade des accidents et délits routiers (Badr).

Source : leprogrès.fr - publié le 04-avril 2019


Serraval : un cycliste de 24 ans rate un virage et se tue

Hier, vers 13 h 30, un groupe de quatre cyclistes est en pleine randonnée dans le secteur de La Tournette, sur la route départementale 12.

Dans une descente, l’un d’entre eux, âgé de 24 ans, rate un virage. Il bascule dans le fossé et fait une chute de dix mètres en contrebas. Les sapeurs-pompiers interviennent, renforcés par l’équipage et l’hélicoptère du secours en montagne, Dragon 74.

Malgré plusieurs tentatives de réanimation, le décès du cycliste a été déclaré.

Source : ledauphine.com - Publié le 31-03-2019


Accident mortel de cyclistes: un pic a été atteint en février

Le mois dernier, 18 cyclistes ont trouvé la mort sur les routes françaises, un chiffre au plus haut depuis 10 ans pour un mois de février.

Les cyclistes ont été particulièrement touchés par la hausse de la mortalité routière en février. Si le nombre de tués a au global augmenté de 17,1%, la mortalité des cyclistes a bondi de 25%. Ils sont 18 à avoir perdu la vie le mois dernier sur les routes de France, un triste record depuis 10 ans pour un mois de février.

En cause notamment, la météo presque printanière.

"Les 10 derniers jours du mois de février ont été des jours très ensoleillés, qui ressemblaient à un printemps, nous explique Anne Lavaud, déléguée générale de l’association Prévention Routière. Dès que la météo est favorable, on voit la population sortir davantage les vélos, les motos. Et donc on a une exposition aux risques plus importante".

Sur les cinq dernières années, la sécurité routière enregistre un nombre croissant de tués à vélo. Ainsi, en février 2015, sur les douze derniers mois, 159 victimes à vélo étaient dénombrées. En février 2019, toujours sur les douze derniers mois, ce sont 184 cyclistes qui ont été tués. L’augmentation du nombre de cyclistes peut aussi expliquer ces chiffres.

Source : BFM TV - Publié le 29 mars-2019


Charente-Maritime : un cycliste meurt percuté par une fourgonnette

L’accident s’est produit mardi, en fin d’après-midi, sur une route départementale.

Un habitant d’Authon-Ébéon a perdu la vie, mercredi en fin d’après-midi, sur la commune de Nantillé, au sud de Saint-Jean-d’Angély. Circulant à vélo, cet homme âgé a été percuté dans le sens de la marche par une fourgonnette conduite par un homme, sur la route départementale 129 appelée « voie romaine ».

L’accident s’est produit en sortie de commune, en direction d’Aulnay, là où la route enjambe le ruisseau baptisé La Guienne.

Une zone dangereuse :

Le premier adjoint de la commune s’est rendu sur les lieux.

"Nous étions en Conseil municipal, témoigne le maire de Nantillé Jacques Bizot. C’est triste et affreux. Cette route est dangereuse car beaucoup de gens ne respectent pas la limitation de vitesse, fixée à 80 kilomètres / heure"

La gendarmerie réalise régulièrement des contrôles de vitesse sur cette zone.

Une enquête est en cours, et doit permettre d’identifier les circonstances exactes de l’accident. Pour l’heure, rien ne permet d’indiquer que la vitesse est en cause. Une expertise va être diligentée. Les tests réalisés sur le conducteur se sont révélés négatifs concernant la présence d’alcool ou de stupéfiants.

Source : Sud-Ouest - Publié le 27/03/2019 par Sudouest.fr Charente-Maritime.


Tarn-et-Garonne : un jeune cycliste de 16 ans mortellement percuté sous les yeux de sa mère

Au lendemain de l’accident de la route qui a coûté la vie à un cycliste de seize ans, lundi soir à Boudou (Tarn-et-Garonne), on en sait un peu plus sur les circonstances ayant conduit à ce drame familial. Il est environ 18h30 lorsque l’ado qui circule à bicyclette avec sa mère sur la D813, rentre vraisemblablement au domicile familial sur les hauteurs de Boudou.

Au même moment sur la droite des cyclistes, peu avant le radar automatique, un fourgon déboîte pour les éviter. Derrière, un automobiliste au volant d’une Kia est surpris, il n’a pas le temps d’éviter la collision. Il percute le jeune cycliste sur son vélo. L’impact est terrible, l’ado finit sur le pare-brise avant d’être projeté à une dizaine de mètres sur le bas-côté. L’intervention des secours n’y change rien, le jeune garçon succombe sur les lieux à ses blessures.

Garde à vue à venir

Âgé de 36 ans et habitant Lizac, le conducteur qui s’est immédiatement arrêté pour porter secours à la victime, n’a pu être entendu par les gendarmes. En état de choc, il a été hospitalisé toute la nuit non sans être préalablement dépisté. Des prélèvements d’alcoolémie et stupéfiants qui sont en cours d’analyses.

À sa sortie, le mis en cause qui fait l’objet d’une enquête en flagrance pour homicide involontaire, devait être placé en garde à vue afin de s’expliquer sur les circonstances ayant coûté la vie à ce jeune Boudounais. Roulait-il trop près, trop vite du fourgon qui le précédait ? Son attention a-t-elle été perturbée par l’usage d’un smartphone ? Le véhicule qui le précédait a-t-il mis le clignotant pour lui signaler la présence des cyclistes ? Des interrogations auxquels le trentenaire devra répondre. Les auditions de la mère de la victime également hospitalisée en état de choc ainsi que de plusieurs témoins de l’accident devraient permettre d’aider les enquêteurs à reconstituer le puzzle de cette tragédie. Le véhicule du mis en cause ainsi que le fourgon précédant l’accident et le vélo de la victime ont été placés sous scellés. Ils devraient aussi faire l’objet d’expertises à venir.

Source : ladepeche.fr - Publié le 26/03/2019


Grand Prix de Denain Yoann Offredo victime d’une grave chute, son pronostic vital n’est pas engagé.


Le cycliste français Yoann Offredo, 32 ans, a lourdement chuté sur les pavés d’Abscon ce dimanche après-midi lors du Grand Prix de Denain. Grièvement blessé, il a été héliporté à 16h30 vers le centre hospitalier de Lille.

Atteint aux cervicales, il se plaignait également du dos lorsqu’il a été pris en charge par les secours, soit l’équipe médicale de la course, les pompiers de Somain et le SMUR de Valenciennes. Inquiets de son état, les secours lui ont notamment posé une minerve, et ont rapidement demandé l’intervention d’un hélicoptère, qui s’est posé vers 16h10 dans un champ au bord des pavés.

L’hélicoptère a redécollé avec le coureur à son bord vers 16h30, direction le centre hospitalier de Lille. À noter que la victime a brièvement perdu connaissance au moment de sa chute, mais elle est restée ensuite consciente durant toute sa prise en charge.
Aucune lésion osseuse.

Yoann Offredo a passé un scanner au CHR de Lille qui n’a révélé aucune lésion osseuse et son pronostic vital n’est pas engagé.
Le cycliste, ancien coureur de la Française des Jeux, est arrivé à la Wanty en 2017. Connu pour son franc-parler, notamment lors du Tour de France 2018, il a été tenu éloigné des compétitions jusqu’à la mi-mars à cause d’un virus. Yoann Offredo faisait donc l’une de ses premières sorties de la saison au Grand Prix de Denain.

Source : "La Voix du Nord" - Publication du 24 mars-2019


Course Annemasse-Bellegarde : deux motards de l’organisation blessés à Saint-Julien-en-Genevois.

Ce dimanche 24 mars, il était 13 heures quand un accident de la route s’est produit en pleine course cycliste Annemasse-Bellegarde. La 84e édition de la doyenne des courses cyclistes régionales battait son plein quand un accident a eu lieu sur la commune de Saint-Julien-en-Genevois.

Il s’agit de deux motos, chargée de la sécurité des parcours, qui, pour une raison encore indéterminée, sont rentrées en collision. Le choc a été violent.

Les motards blessés ont été évacués au centre hospitalier d’Annecy par ambulance. L’un, âgé de 55 ans était gravement atteint, l’autre, âgé de 70 a été légèrement blessé.

La course a été neutralisée pendant 30 minutes, l’accident s’étant produit sur le côté.

Source : "Le Dauphiné.com" - Publication du 24 mars-2019


Cyclisme: l'espoir belge, Stef Loos, est décédé après un accident de la route.

Le coureur belge Stef Loos, 19 ans, est décédé après un accident de la route impliquant une camionnette. Le cycliste a été percuté avec deux autres coureurs après une erreur de parcours lors du Grand Prix Alfred Gadenne, en Belgique.
Le coureur cycliste belge Stef Loos est décédé à 19 ans après avoir été percuté par une camionnette en marge du Grand Prix Alfred Gadenne, dimanche à Dottignies (Belgique). Le coureur espoir de l'équipe Acrog-Pauwelssauzen-Balen a été renversé avec deux autres coureurs à un carrefour non-sécurisé, après qu'un groupe d'une trentaine de cyclistes a emprunté la mauvaise direction à un tournant.

Une signalétique insuffisante ?

Les trois cyclistes ont été percutés vers 14h30 alors qu'ils franchissaient le carrefour, pensant être encore sur le parcours de la course. Le parquet belge a ouvert une enquête, notamment pour vérifier si la signalisation mise en place était conforme au règlement. Outre une flèche au sol, bien présente, un signaleur aurait dû aiguiller les coureurs lors du changement de route. Selon La DH, la vie des deux autres coureurs renversés, Ruben Apers et Jonas Bresseleers, ne serait plus en danger.

Source : BFM RMC Sport - Publié le 18/03/2019 Par RMC Sport



Inguiniel (Bretagne) : décès d'un cycliste à la suite d'un accident

Un accident a eu lieu ce lundi 11 mars, impliquant une voiture et un cycliste, au lieu-dit Locunel à Inguiniel.
Les pompiers sont intervenus à 9 h 45 ce lundi 11 mars, sur la départementale 2, au lieu-dit Locunel, à Inguiniel dans le Morbihan.

Un accident a eu lieu entre une voiture et une personne circulant à vélo. Le cycliste, un homme âgé de 63 ans et originaire de la commune de Melrand n'a pas survécu malgré les tentatives de réanimation d'un témoin, puis ensuite des secours.

La conductrice n'a pas été blessée. D'après les premiers éléments de l'enquête, cette femme âgée de 49 ans aurait focalisé son attention sur le mouvement d'un tracteur présent sur le bas côté de la route et n'aurait pas vu le cycliste.

Source : FR 3 Bretagne    - Publié le 11/03/2019 Par Emilie Colin


Un cycliste tué par un camion benne à Bourgoin-Jallieu (Isère)

Le drame de la circulation est survenu ce mardi, peu avant 17 heures, au rond-point Chantereine à Bourgoin-Jallieu. Un homme évoluant sur un vélo électrique a été percuté par un camion benne lors de la négociation de ce rond-point.
Rapidement sur place, les sapeurs-pompiers ainsi qu'une équipe du SMUR de Bourgoin Jallieu n'ont strictement à rien pu faire pour ramener à la vie ce Berjallien de 37 ans.
Les policiers du commissariat de Bourgoin-Jallieu ont procédé aux constatations. Les dépistages pratiqués sur le chauffeur se sont révélés négatifs.

Source : Le Dauphiné-Libéré | Publié le 05/03/2019 à 18:32


Le cycliste Steve Morabito fauché par une voiture à l'entraînement

Le coureur suisse Steve Morabito a été victime d'un accident sur les routes de son pays ce vendredi. Il a détaillé son malheur sur les réseaux sociaux.
Steve Morabito s'est fait peur lors d'une sortie d'entraînement ce vendredi. Le cycliste suisse n'a pas pu éviter une voiture qui lui avait coupé la route. Heureusement, plus de peur que de mal pour le coureur de l'équipe française Groupama-FDJ. Son vélo a en revanche été détruit dans la collision. Touché notamment au niveau de la gorge, le grimpeur ne souffre d'aucune fracture et a déjà pu reprendre un entraînement léger.
Morabito a publié une photo du constat de l'accident sur les réseaux sociaux, avec un long texte explicatif à but pédagogique. «Je ne veux pas incriminer ce jeune conducteur ni faire justice, explique-t-il. Mais je ne peux que "profiter" de cet incident pour rappeler aux cyclistes d'être vigilants et aux automobilistes d'être attentifs! Anticipons et agissons avant de devoir réagir!!!» Steve Morabito a finalement eu de la chance dans son malheur. Reste que le coureur s'est fait une belle frayeur: «Je pars à vélo, je rentre en auto sous le regard inquiet de ma femme enceinte de sept mois et je prend le temps d'expliquer à ma petite fille de deux ans que papa va vite aller mieux».
Les coureurs professionnels sont régulièrement victimes d'accidents de la route durant leur entraînement. En décembre, l'Australien Mark Renshaw (Dimension Data) s'était cassé le bassin après avoir été percuté par une voiture dans un rond-point. En janvier, l'Argentin Maximiliano Richeze (Deceuninck-Quick Step) avait été touché au genou après une collision sur la route. Surtout, l'Italien Michele Scarponi avait été tué en 2017 lors d'une sortie d'entraînement près de chez lui, lorsqu'une camionnette l'avait renversé.

Source : L'Essentiel Publication du 04-mars 2019


Une cycliste de 53 ans meurt dans une collision avec un poids lourd sur une route du Var

Alors que le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine a connu une hausse de 3,9% en janvier avec 238 personnes tuées, soit neuf de plus qu'en janvier 2018, une cycliste a trouvé la mort ce mercredi dans le Var.

Aux alentours de 11 h 45 ce mercredi, une dame âgée de 53 ans circulant à vélo sur la départementale 23 dans le Haut Var, la route qui relie Pourrières et Rians, a perdu la vie après avoir été violemment percutée par un poids lourd transportant du bois.

Une dizaine de pompiers sont intervenus sur place ainsi que la brigade de gendarmerie de Rians.

Une enquête a été ouverte par les militaires de Saint-Maximin, aidés du peloton motorisé (PMO) de Saint-Maximin également.

Source : Var-Matin - Publication du 27-fév 2019 par S.Chaudhari



Loir-et-Cher : un cycliste tué par un poids lourd près du péage de Chémery

Un accident mortel s'est produit ce mardi 26 février 2019 peu après 7h30 au niveau de la bretelle d'accès à l'autoroute A85, à Billy. Un cycliste a été happé par un poids lourd.

Le drame s'est produit ce mardi matin peu après 7h30 au rond-point de la D956, près du péage de l'A85, sur la commune de Billy.
Un homme âgé de 37 ans, originaire de Billy, qui circulait à vélo sur le rond-point a été happé par un poids lourd immatriculé aux Pays-Bas. Le cycliste se rendait à son travail à Chémery, chez Storengy. Le camion venait de Chémery et rejoignait la bretelle d'accès à l'autoroute pour se diriger vers le péage quand l'accident s'est produit. Le chauffeur ne s'est pas rendu compte immédiatement qu'il avait percuté un cycliste. L'homme a été traîné sur une soixantaine de mètres avant que l'ensemble routier ne s'immobilise.

Le chauffeur du camion a dit aux gendarmes qu'il avait été ébloui par le soleil. Les dépistages alcoolémie et stupéfiants se sont révélés négatifs.
Les pompiers de Selles-sur-Cher et de Romorantin se sont rendus sur place ainsi que l'hélicoptère du Samu 41. La gendarmerie a ouvert une enquête pour établir les circonstances de ce terrible accident. Le décès de la victime a été constaté sur les lieux du drame. Les maires de Chémery et de Billy étaient également sur place.

Source : La Nouvelle République - Publication du 26-fév.2019


Drôme : un automobiliste ivre percute et tue une cycliste à Loriol

Un homme de 50 ans a été placé en garde à vue samedi 23 février. Au volant de son 4*4 il a percuté une cycliste à Loriol-sur-Drôme. La quinquagénaire est décédée, le taux d'alcoolémie du conducteur était positif.

Les gendarmes ont été les premiers sur les lieux de l'accident mais n'ont pas réussi à ranimer la victime.

Peu après 14 heures, samedi 23 février, sur la route entre Loriol et Grâne, dans un virage, un 4*4 a percuté une cycliste. La quinquagénaire, polytraumatisée, a fait un arrêt cardiaque. Premiers sur les lieux, les gendarmes ont tenté de la ranimer, en vain. Cette habitante de Grâne est décédée et le conducteur du 4*4 a été placé en garde à vue.

L'alcotest effectué par les gendarmes sur le conducteur, un homme de 50 ans habitant Loriol, révélait un taux d'alcoolémie délictuel, c'est-à-dire supérieur à 0,8 grammes d'alcool par litre de sang. Questionné, le quinquagénaire affirmait s'être "assoupi" dans ce virage.
La femme décédée n'était pas seule au moment du drame. Une de ses amies l'accompagnait, en vélo également. Témoin de l'accident, choquée, elle a été prise en charge par les pompiers de la Drôme.

L'homme va passer sa nuit en garde à vue, avant d'être interrogé à nouveau dimanche 24 février.

Source : France-Bleu - Publication du samedi 23 février 2019 par Alexandre Berthaud


Marne: le cycliste mortellement fauché vendredi soir entre Berru et Époye habiterait Pontfaverger

L’identification formelle d’un cycliste tué vendredi à 20 h 30 sur la RD980 près de Reims était attendue ce samedi soir. Il s’agirait d’un jeune homme de 20 ans originaire de Pontfaverger.

En cours d’identification, le cycliste a été tué dans une longue ligne droite qui précède l’arrivée à Epoye.
Sous la violence du choc, survenu à cet endroit, le cycliste a été projeté une quarantaine de mètres plus loin, dans le champ.
Il s’agit du premier accident mortel de l’année sur les routes du département de la Marne. Il a coûté la vie à un jeune cycliste, fauché vendredi soir par une voiture qui circulait dans le même sens que lui sur la RD980, entre Berru et Époye, près de Reims.
La victime n’avait aucun papier sur elle. Samedi en fin d’après-midi, alors que les gendarmes ignoraient toujours qui elle était, un homme s’est manifesté, inquiet de n’avoir aucune nouvelle de son fils. Les formalités d’identification étaient en cours, mais tout laisse à penser qu’il s’agit bien du cycliste, un garçon de 20 ans originaire de Pontfaverger.

L’automobiliste n’a rien vu

Le drame s’est produit vers 20 h 30, alors que la nuit était tombée, sur une longue ligne droite de quatre kilomètres, en rase campagne, peu après la traversée du bois de Milan. L’automobiliste circulait en direction d’Époye. Il a déclaré n’avoir rien vu, seulement ressenti « un choc ». Il s’est arrêté, pensant avoir heurté un gibier. Pendant qu’il inspectait les alentours avec une lampe, une conductrice a stoppé elle aussi, intriguée par cette voiture à l’arrêt, warnings allumés.

C’est dans ces conditions que la victime a été découverte, inanimée, dans un champ, à proximité de l’accotement. Sous la violence de l’impact, elle avait été projetée à une quarantaine de mètres du point de collision. À leur arrivée, les pompiers n’ont pu que constater son décès et ont dû s’occuper de l’automobiliste, très marqué psychologiquement.
Saisis de l’enquête, les gendarmes de la communauté de brigades de Witry-lès-Reims ont vérifié l’hypothèse d’une collision impliquant en fait un précédent véhicule qui aurait continué sa route après avoir projeté le cycliste hors de la route. Dans cette éventualité, le « choc » ressenti par le deuxième automobiliste aurait pu survenir en roulant sur le vélo resté sur la chaussée, mais les constatations ont permis d’exclure ce scénario.
une route assez fréquentée.

L’enquête a également corroboré les déclarations du conducteur qui affirme n’avoir rien vu. Aucun dispositif d’éclairage n’a été trouvé sur le vélo, et la victime ne portait malheureusement aucune tenue réfléchissante.
S’il s’agit bien du garçon originaire de Pontfaverger, il avait été vu pour la dernière fois à Reims en fin de journée, et devait effectivement regagner son domicile à vélo : environ 20 kilomètres à parcourir sur cet axe assez fréquenté qu’est la RD980 (route du Luxembourg). Il en avait fait un peu plus de la moitié lorsque la mort l’a fauché.

Source : L'union - Publication du 23-fév. 2019


Un cycliste décède dans une collision avec une voiture à Écrosnes

Un cycliste de 76 ans est mort dans une collision avec une voiture, lundi 18 février 2019, dans la matinée, à Écrosnes.
La victime, originaire du village d'Écrosnes depuis peu, circulait à vélo sur la RD 32, entre Écrosnes et Orphin (Yvelines), à proximité du lieu-dit Haute Maison.
Pour une raison encore indéterminée, la collision s'est produite peu après 11 heures, dans une ligne droite.
Les sapeurs-pompiers d'Eure-et-Loir sont intervenus mais n'ont pas réussi à sauver le septuagénaire.
Cette route départementale est assez fréquentée dans ce secteur de la frange francilienne, notamment par la population gallardonnaise qui se rend à Rambouillet.
Cet accident intervient quarante-huit heures à peine après le décès d'un motard de 21 ans, à Aunay-sous-Crécy et porte à quatre le nombre de morts sur les routes du département en 2019.

Source : L'Echo Républicain - Publication du 18-févr. 2019


 

Lyon : deux cyclistes prennent le tunnel de Fourvière à contre-sens

Aucun accident n'est à déplorer, la circulation ayant été réduite pendant un bref moment le temps que les cyclistes sortent du tunnel.
L'histoire ne dit pas si les deux cyclistes sont d'ardents défenseurs du vélo ou particulièrement étourdis. Ce vendredi vers 20 heures, la circulation a été réduite un bref moment dans le tunnel sous Fourvière. Deux cyclistes, dont un livreur, s'étaient engagés dans le tunnel où les automobilistes roulent à une vitesse comprise entre 50 et 70 km/h. Dans le sens Sud-Nord, les cyclistes s'étaient engagés à contre-sens de la circulation, relate Le Progrès. Aucun accident n'est à déplorer dans ce tunnel particulièrement fréquenté par les automobilistes, en particulier un premier vendredi de vacances scolaires dans l'académie de Lyon. Plus de peur que de mal pour cet incident : la circulation a pu reprendre normalement dès 20h30.

Source : Lyon Capitale 16 février 2019 A 11:02 par Mathilde Régis


Dordogne : un septuagénaire à vélo décède dans un accident de la route

Un homme de 72 ans a été percuté par une voiture ce jeudi 14 février à Rampieux près de Monpazier. Il circulait à vélo.
Un septuagénaire est décédé dans un accident de la route ce jeudi 14 février à Rampieux près de Monpazier en Dordogne à la frontière avec le Lot-et-Garonne. L'homme de 72 ans, habitant de Beaumontois-en-Périgord circulait à vélo quand il a été percuté par une voiture à l'intersection entre la voie communale 2020 et la départementale 660.

La route coupée à la circulation

D'après les premières informations, l'homme n'aurait pas respecté le stop à l'intersection. Une première voiture serait parvenue à l'éviter, mais une deuxième n'a pas réussi. A 16h15, la route départementale était encore coupée à la circulation.

Source : France Bleu - Publié le 14 février 2019 par Benjamin Fontaine

 


Sécurité - Une pétition en hommage à Michele Scarponi !

Presque deux ans après son accident mortel, Michele Scarponi est loin d'avoir été oublié par ses compatriotes italiens. Mortellement fauché à l'entraînement par un camion, le vainqueur du Giro 2011 (sur tapis vert) laissait derrière lui une femme et deux jumeaux et un cyclisme endeuillé par la perte d'une personnalité particulièrement appréciée au sein du peloton. 

Comme dans tous les pays européens où la pratique du cyclisme du niveau amateur au World Tour est très forte, le monde du cyclisme transalpin se met en ordre de bataille pour la sécurité routière. L'association italienne des coureurs professionnels, l'ACCPI a lancé une campagne en ligne réclamant des modifications de la loi afin de protéger les cyclistes. Parmi les signataires de cette pétition, on retrouve des coureurs pros italiens comme Daniel Oss ou Matteo Trentin.

Judiciairement, l'affaire a été close en février 2018, suite à la mort par cancer du conducteur du camion, âgé de 58 ans. Celui-ci avait avoué regarder une vidéo sur son smartphone au moment de l'impact. Malgré cela, la pétition reste adressée aux pouvoirs pulics qui doivent prendre en compte le fait que la mortalité des deux roues ne cesse d'augmenter, comme dans bien d'autres pays européens comme le souligne les initiateurs de la pétition: "Nous vous demandons de soutenir la campagne visant à protéger la vie des cyclistes en Italie, à la mémoire de Michele Scarponi, lauréat du Giro d’Italia. Ces dernières années, le nombre d'accidents ayant entraîné la mort ou des lésions permanentes chez les personnes utilisant le vélo pour le transport ou pour le sport n'a cessé d'augmenter. Les enfants, les mères et les pères qui circulent sur nos routes le font souvent dans des conditions dangereuses en raison du manque de respect que les lois, des infrastructures et les automobilistes ont envers eux."

S'il est difficile de faire évoluer les moeurs d'automobilistes totalement inconscients des risques à pratiquer le cyclisme, les infrastructures, elles doivent urgemment être développées pour favoriser la sécurité et plus particulièrement la visibilité du cycliste. En effet les politiques de piste cyclable ne sont en général que destinées à "exiler" le cycliste sur des trottoirs qui sont parfois encore plus dangereux. Avec les intersections incessantes, le cycliste court en permanence le danger de se faire faucher au virage par un automobiliste qui ne le verrait pas au moment où il tourne. 

Pour le moment, la pétition a déjà rassemblé 2937 noms en une seule journée.

Source : Cyclism'Actu - Publié le 13-fev 2019 par Jean Lebreton

 


Roanne : une cycliste renversée en état d’urgence relative


Peu avant 18 h 45, au rond-point du nouveau cimetière, boulevard du Maréchal-Joffre, à Roanne, une collision a eu lieu entre une automobiliste de 64 ans, domiciliée à Mably, à bord d’une DS4 et une jeune femme cycliste de 30 ans de Riorges.

Selon les éléments recueillis sur place, l’automobiliste n’aurait pas cédé le passage dans le rond-point à la cycliste qui était déjà engagée et l’aurait, de ce fait, renversé. La jeune femme, grièvement blessée avec une plaie à la tête, a été transportée par le SMUR vers les urgences du Centre hospitalier de Roanne. Son état est en urgence relative.

Source : Le Progrès Publié le 06-fev 2019


Un cycliste meurt après avoir été percuté par une voiture dans le Gers

Ce samedi matin, vers 5h30, un cycliste de 34 ans roulait en direction d'Auch sur la RD 929. L'homme, un boulanger, se rendait comme tous les matins à son travail à vélo. Alors qu'il se trouvait sur une portion en ligne droite, il a été percuté par l'arrière par une voiture qui roulait dans le même sens que lui.

Le choc lui a été fatal : les secours, arrivés des centres de Seissan et Pavie, accompagnés du Smur d'Auch, n'ont rien pu faire pour le sauver. Les pompes funèbres ont pris le corps en charge. Julien Protin habitait Seissan, et travaillait depuis 12 ans dans la boulangerie la Fontaine aux pains, à Pavie. Un trajet de 14 km que ce père de deux enfants effectuait tous les jours à vélo.

L'automobiliste de 35 ans à l'origine du drame a déclaré aux gendarmes de la brigade d'Auch qu'il n'avait pas vu le cycliste. Très choqué par l'accident, il a été conduit à l'hôpital d'Auch.

Source : La Dépêche.fr - Par Marc Centème - Publié le 02-fev 2019

Après enquête :

Cycliste tué dans le Gers : le conducteur en garde à vue avait 2,44 g d'alcool dans le sang

L'accident du week-end dernier avait été fatal à un boulanger de 34 ans qui allait au travail en vélo. Le conducteur, en état d'ivresse, avait déclaré qu'il n'avait pas vu le vélo en raison du faible éclairage.
A Auch, ce jeudi matin, le conducteur responsable d’un accident mortel le week-end dernier a été placé en garde à vue. Une fois entendu, le parquet a décidé d’ouvrir une information judiciaire pour « homicide involontaire par conducteur avec circonstance aggravante" : le dépistage d’alcoolémie avait révélé un taux de 2,44 grammes ! Un stade quasiment clinique… Toutefois, parfaitement « inséré », l’homme âgé de 35 ans a été laissé libre mais placé sous un contrôle judiciaire très strict.
Il a tué un boulanger qui se rendait au travail
Samedi matin, vers 5 h 30, un cycliste de 34 ans roulait en direction d’Auch sur la RD 929, à la sortie d’Orbessan, lorsqu’il avait été percuté par l’arrière par une voiture qui circulait dans le même sens que lui. Julien Protin habitait Seissan, et travaillait depuis 12 ans dans la boulangerie la Fontaine aux pains, à Pavie. Un trajet de 14 km que ce père de deux enfants effectuait tous les jours à vélo.
Le choc lui a été fatal. L’automobiliste a déclaré aux gendarmes qu’il n’avait pas vu le cycliste en raison du faible éclairage du vélo.


Accident à la Rochelle, une cycliste est décédée, un automobiliste interpellé après avoir pris la fuite.

Une cycliste est décédée après un accident de la circulation survenu jeudi 31 janvier à La Rochelle. Elle avait été percutée par un car scolaire, puis une voiture.
Une femme âgée de 57 ans est décédée lors d'un accident de la circulation à La Rochelle, jeudi 31 janvier, à 16h45 environs.
Circulant à vélo, elle a été percutée par un car de transport scolaire, puis par une voiture. Elle avait été hospitalisée par les secours en urgence, mais n'a pas survécu.
L'automobiliste impliqué avait pris la fuite, il a été interpellé par les forces de l'ordre.
À bord du car circulaient 27 enfants et leur accompagnateur, indemnes, et le chauffeur, très choqué par ce drame.

Source : France 3 Régions   Par AR Publié le 01/02/2019 à 12:07


Un an après avoir frôlé la mort, ce cycliste retrouve la compétition


En janvier 2018, le Tchèque Petr Vakoc était fauché par un camion, lors d’un entraînement en Afrique du Sud. Gravement blessé, il s’est reconstruit avec force et courage, dans l’ombre, jour après jour. Alors qu’il n’était pas sûr de pouvoir remarcher, un an plus tard, le revoilà coureur professionnel. Cette semaine, il dispute sa première course, avec les meilleurs du monde, en Argentine.
367 jours plus tard, Petr Vakoc a remis un dossard. C’était ce dimanche, sur le Tour de San Juan, en Argentine, aux côtés de certains des meilleurs coureurs mondiaux comme Peter Sagan, Julian Alaphilippe ou Fernando Gaviria.
Au terme de la première étape, le Tchèque de 26 ans a posté ce message sur son compte Twitter : « Content et fatigué après ma course de reprise. » Quelques mots qui passeraient inaperçus dans le flot des commentaires usuels d’après-course. Des mots simples, pudiques presque, qui ne disent pas combien il revient de loin. Et pourtant.

« Un bruit lourd »
Petr Vakoc, coureur de l’équipe Deceuninck-Quick Step, est l’une de ces victimes de la route. L’un de ces coureurs, trop nombreux ces dernières années, qui a été fauché une voiture, un camion ou une moto. Certains ont perdu la vie (Scarponi, Demoitié, Guyot), d’autres ont été gravement blessés, meurtris, handicapés. Le destin du Tchèque, lui, a basculé le 25 janvier 2018, il y a un an, sur des routes d’Afrique du Sud.
Parti effectuer une sortie d’entraînement, ce jeune espoir du cyclisme mondial a été violemment heurté par un camion, avec son coéquipier Laurens De Plus. Si ce dernier a « moins » souffert, Vakoc a eu plusieurs vertèbres fracturées sur le coup, de nombreuses contusions, et par la suite a dû subir trois opérations.
Le Luxembourgeois Bob Jungels, présent ce jour-là sur le bitume avec eux, avait confié à l’époque : « Nous roulions tous les trois quand j’ai entendu un bruit lourd. Dans la seconde suivante, j’ai vu Laurens et Petr à terre. Je me suis précipité vers eux, j’ai vu qu’ils étaient blessés, donc je n’ai pas osé les bouger. Une femme qui était de l’autre côté de la route est venue nous aider et a appelé l’ambulance pendant que notre entraîneur Koen et moi parlions avec eux. C’était très dur de les voir comme ça… »
Sur le site internet de son équipe, Petr Vakoc (sept victoires chez les pros, dont la Flèche-Brabançonne, une étape du Tour de Pologne, du Tour de Grande-Bretagne), a raconté ses premières heures après l’accident : « J’étais au sol, j’avais de la difficulté à respirer. Je ne savais pas où j’étais, ce qu’il venait de se passer… Je ne sentais pas mes jambes, donc j’étais très inquiet. Au début, je ne savais pas du tout si j’allais être capable de marcher. Je voulais juste rester en vie, avoir une vie normale. »

Trois opérations, deux mois à l’hôpital
Après ses trois interventions chirurgicales, près de deux mois à l’hôpital, le long chemin de la rééducation a alors commencé. Alors que son équipe, Quick-Step, enchaînait les succès un peu partout en Europe, que Julian Alaphilippe illuminait les routes de juillet sur le Tour de France, Vakoc reprenait de son côté le cours de son existence dans l’ombre, chez lui, à Prague. Avec le soutien des siens, de ses coéquipiers mais aussi de son équipe, qui n’a cessé de prendre de ses nouvelles, le Tchèque s’est reconstruit.
D’abord en tant qu’homme, en réapprenant notamment à marcher. Puis comme coureur, ensuite, en s’essayant de nouveau à appuyer sur des pédales. Toutes ces étapes, le coureur les a filmées, « c’était une source de motivation, et je me suis dit qu’à terme, ça pourrait inspirer d’autres personnes qui connaîtraient ce type de combat », raconte-t-il dans un film qu’a réalisé son équipe pour son retour.
Au début, il ne pouvait pas encore faire du vélo normalement, à l’horizontale, alors il a eu l’idée de caler sa bicyclette entre son escalier et son parquet, à la verticale, pour pouvoir commencer à tourner les jambes (voir la vidéo ci-dessous).
La voie du retour était désormais tracée. Avec force, courage, et une formidable envie de reprendre, Petr Vakoc s’est remis à l’endroit. Il a recommencé à rouler, en juin, puis à s’entraîner. « C’était fantastique, je me sentais comme avant la première course de la saison, excité. J’ai réalisé pleinement pourquoi j’aimais tant ce sport. »
Les stages de l’intersaison l’ont rassuré, les résultats médicaux aussi. Et, après un an et deux jours, il a donc fini par renfiler son premier maillot en course depuis son accident. La fin du tunnel. Le début d’une deuxième carrière, d’une nouvelle vie, qu'il raconte dans le film ci-dessous.
« Je suis très impatient de pouvoir enfin épingler un dossard après tout ce temps, confiait-il avant la course, ce week-end. Je ne cacherai pas le fait que je suis un peu nerveux, mais c’est normal, cela fait seize mois que ma dernière course a commencé. Mes objectifs ? Réintégrer le peloton, m’habituer à la course et aux changements de rythme le plus rapidement possible pour aider mes coéquipiers. Si je peux le faire, je considérerai ça comme une grande réussite.. »
Son regard sur son métier, forcément, a changé. « J’apprécie davantage les petites choses. Je relativise. Je me dis que les gros résultats, les objectifs, ça reste secondaire, presque, à côté de la famille, des amis… Désormais, je veux me concentrer sur ce que je peux faire, et non ce qu’il me manque. »
Il ajoute : « Mentalement, je me sens plus fort. La douleur que je vais ressentir en course ne sera rien par rapport à celle que j’ai pu ressentir il y a un an. Cela peut même m’aider à devenir un meilleur coureur qu’avant. » Une leçon.

Source : Edition du soir - Par Gaspard Brémond - Publié le 28-janv 2019

 
 
     

© lepetitbraquet.fr